REFLEXION

JOURNEE DE CELEBRATION : Quel statut social pour les handicapés à Mostaganem ?



C’est aujourd’hui la journée des handicapés. Une journée par an à commémorer entre valides ensuite plus rien le restant de l’année comme si nos handicapés ne le sont plus, par enchantement ou, par le pouvoir de quelque magie. Qui pense encore à eux ?  Et, soyons sérieux pour reconnaitre que nul n'est à l’abri et que chacun de nous peut-être une potentielle victime. Qu'a-t-on fait pour eux ? Alors, nous nous contentons d'avoir une pieuse pensée et c’est tout ? Si c'est le cas, nous avons déjà voué notre âme au feu de l’enfer puisque nous avons enterré notre conscience et nos valeurs. La société civile et l’administration de l’Etat Algérien doivent se ressaisir pour retrouver un peu d’Humanité en eux-mêmes et ne pas être surpris d’être rappelés par des organisations internationales. Si les âmes sensibles s’abstiennent et ne s’impliquent pas à longueur d’année c’est que c’est trop grave, vraiment pour notre société qui est devenue subitement amnésique au point de se remémorer que la date du 14 mars de chaque année, seulement. Dans ce cas, par rapport à ces malheureux handicapés, il est légitime de se poser la question qui dérange, à savoir : qui de nous est le vrai handicapé ? N’est-il pas vrai que ce ne sont que  ceux qui ont un ‘’handicap culturel, psychologique et social ‘sont ceux-là même qui oublient leurs propres handicaps de tous genres. La famille joue un grand rôle dans la prise en charge des handicapés quel que soit leur nature, leur degré d'handicap ainsi que leur âge en leur donnant un peu de l’essentiel que sont : l'amour familial, la considération et l’affection ; mais, cette tranche de la population devrait être mieux prise en charge par l'État en leur octroyant le statut plus digne se traduisant par une aide conséquente. Si notre législation demande aux employeurs de consacrer 1% des postes de travail aux personnes handicapées, ce droit est encore loin d’être effectif dans nos entreprises alors qu’ailleurs, cela peut atteindre jusqu’à 6%. Dénoncer la condition des handicapés en Algérie et leur statut de la honte est au moins le minimum que l’on puisse faire, chaque jour que Dieu fait.             
 

Y.Zahachi
Mardi 13 Mars 2018 - 19:33
Lu 466 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 16-12-2018.pdf
2.86 Mo - 15/12/2018





Actualites et journaux Afrique





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+