REFLEXION

ILS RECLAMENT LEURS SALAIRES ET LEUR TITULARISATION : Sit-in des fonctionnaires du pré-emploi à Oran

Recrutés dans le cadre du dispositif de l’aide à l’emploi depuis plus de dix ans, les fonctionnaires du pré-emploi ont fini par ne plus supporter d’être si maltraités. Ils viennent d’observer un sit-in en face de la direction de l’emploi d’Oran, en réclamant leur titularisation qu’ils attendent depuis des années et leurs salaires, tout en dénonçant les retards récurrents.



Plusieurs dizaines de jeunes fonctionnaires, recrutés dans le cadre du dispositif de l’aide à l’emploi DAIP de l’ANEM, se sont rassemblés, lundi en matinée, devant le siège  de la Direction de l'emploi et de  la wilaya d'Oran pour dénoncer les retards récurrents dans le versement de leurs salaires. Selon les protestataires, les salaires des mois d'avril et  mai n’ont toujours pas été versés et les responsables de la direction de l’emploi n’ont fourni aucune information pour expliquer ce retard. Ces derniers affirment  que les retards dans le paiement des mensualités sont devenus monnaie courante dans la wilaya d’Oran et qu’ils souffrent de cette situation, surtout que ces fonctionnaires contractuels travaillent dans plusieurs établissements et secteurs et ils  assurent les mêmes tâches que les fonctionnaires permanents. «Nous en avons marre de ce statut de marginalisation au sein des établissements où nous travaillons depuis des années. Non seulement nous ne sommes pas rémunérés au même titre d’égalité que les autres fonctionnaires, mais aussi nos maigres salaires accusent à chaque fois un énorme retard et personne au niveau de la direction de l’emploi n’arrive à expliquer cette situation pénalisante», a expliqué  un employé dans un centre de formation professionnelle à El Mahgoun .Notre interlocuteur ajoute que la revendication pour la titularisation des jeunes recrutés dans le cadre de ce dispositif reste d’actualité : «Certains parmi nous travaillent dans le cadre de ces contrats depuis plus de dix ans. Nous rêvons toujours de ces recrutements qui sont pourtant inclus dans les contrats signés initialement. Malheureusement, en plus du retard dans le paiement des mensualités, aucune démarche sérieuse n’a été lancée pour qu’on soit recrutés officiellement dans les postes que nous occupons. Et contrairement aux engagements des pouvoirs publics, nous n’avons ni prime de rendement ni n’importe quelle autre prime. Nous nous retrouvons toujours face à la même situation en 2019, et beaucoup d’entre nous sont toujours rémunérés à seulement 8 000 ou 15 000 dinars  par mois, alors que nous sommes tous diplômés des universités, des centres de formation et que nous avons gagné des expériences dans des postes importants de plusieurs secteurs», se désole notre interlocuteur. Après avoir remis une requête aux responsables de la direction de l’emploi et de la wilaya  d’Oran, les protestataires se sont dispersés dans le calme, tout en assurant qu’ils mèneront une nouvelle action de rue dès les prochains jours si cette situation perdure, mais aussi afin de remettre une plateforme de revendications au premier magistrat de la wilaya pour réclamer leur intégration dans les plus brefs délais.

 

Medjadji Habib
Mercredi 29 Mai 2019 - 18:50
Lu 416 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 22-09-2020.pdf
2.88 Mo - 21/09/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+