REFLEXION

ILS ONT FAIT UNE GREVE DE LA FAIM : À quoi jouent Moussa Touati et Bounedjma ?

Décidément, la vie politique algérienne ne cesse d’étonner et de se singulariser à l’échelle internationale. Après le président du Front national algérien (FNA), c’était au tour du secrétaire général du Front national pour la justice sociale (FNJS) d’observer une grève de la faim pour protester contre une supposée “ fraude massive” qui aurait caractérisé les élections législatives du 4 mai en Algérie.



Cependant, Khaled Bounedjma a décidé d’arrêter sa grève après la détérioration de son état de santé due à sa maladie de rein, affirmant qu’il s’agissait d’une grève ‘’symbolique’’. Il a précisé que «ce n’est pas une grève illimitée, mais symbolique pour dénoncer la fraude aux élections législatives du 4 mai dernier». Bounedjma a ajouté qu’il n’était pas possible pour lui de faire une grève de la faim illimitée. «Je suis malade et j’ai un problème rénal, ce qui ne me permet pas d’observer une grève illimitée». Ce n’est pas le cas du président du Front national algérien, Moussa Touati qui a déclaré qu’il était disposé à «se suicider pour la démocratie». Nouredine Ait-Hamouda qui a été élu député aux dernières législatives sur la liste des indépendants « Alternative citoyenne» de la wilaya de Tizi Ouzou, s’est moqué du président du FNA, Moussa Touati et du secrétaire général du FNJS, Khaled Bounedjma qui observent une grève de la faim en guise de «protestation contre la fraude électorale». Ait-Hamouda a encouragé ces deux fils de chahid à «poursuivre leur grève de la faim et continuer sur cette lancée durant le mois de Ramadhan», les «conseillant» aussi d’observer le jeûne des six jours des Sabrine (après le mois de ramadhan), tout en faisant la prière des tarawih. Ait-Hamouda a relevé que «lorsque le Pouvoir offrait des sièges à ces deux partis à l’APN, ni Touati, ni Bounedjma n’osaient dénoncer la fraude et maintenant qu’ils sont lâchés par le pouvoir, ils recourent à la grève de la faim». Pour le fils du chahid colonel Ait Hamouda Amirouche, «les deux chefs de partis méritent leur sort».

Ismain
Lundi 15 Mai 2017 - 20:44
Lu 567 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edititon du 25-03-2019.pdf
3.13 Mo - 24/03/2019





Actualites et journaux Afrique





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+