REFLEXION

IL A ANNONCE SA CANDIDATURE A LA PRESIDENTIELLE : Ali Benflis a-t-il retenu la leçon ?

Ali Benflis a annoncé ce dimanche 20 janvier « son intention » de se porter candidat à la présidentielle du 18 avril prochain. Le président de Talaie El Hourritet, qui avait participé aux présidentielles de 2004 et 2014, a précisé cependant que « la question de la participation à cette élection sera tranchée lors d’une prochaine session du Comité Central du Parti ».



M. Benflis, deux fois candidat à la présidentielle, a rejeté l’idée d’un report de la présidentielle à moins d’une semaine de la date de la convocation du corps électoral. Ali Benflis ne s’est toujours pas exprimé sur ses intentions. On ne sait toujours pas s’il compte tenter sa chance en se portant candidat à la magistrature suprême pour la troisième fois. Au cours de l’entretien qu’il avait accordé à John Desrocher, ambassadeur américain en Algérie, Ali Benflis a livré son analyse de la situation politique du pays. Tout en se félicitant du développement des relations bilatérales, des progrès réalisés dans le cadre du dialogue stratégique entre les deux pays  et de la volonté affirmée des Etats-Unis de s’engager dans un partenariat avec notre pays pour la diversification de l’économie nationale, Ali Benflis avait, à cet égard, évoqué sa proposition de sortie de crise «à travers une démarche responsable, pacifique, consensuelle, graduelle, par le biais d’un dialogue inclusif». Le président de Talaie El-Houriyet évoque deux scénarios possibles et plausibles pour la prochaine présidentielle. Le premier est qu’il y ait «un scrutin honnête, à son échéance constitutionnelle, donnant la parole au peuple souverain, débouchant sur une opportunité historique d’une alternance pacifique par les urnes, ouvrant la voie à l’instauration graduelle d’un système démocratique et d’un Etat de droit ». Le second est «une reconduction irresponsable du système politique en place par la fraude et la confiscation de la volonté populaire qui plongera notre pays dans l’inconnu».Pour le chef du parti d’opposition, la prochaine présidentielle «n’est pas une élection ordinaire. Elle marque le terme d’un mandat qui s’achève ». Jusqu’à présent, plusieurs candidats à l’élection présidentielle se sont manifestés hier dont le général-major à la retraite Ali Ghediri, le président du MSP, Abderrazak Mokri, ainsi que Rachid Nekkaz et Abdelaziz Belaid. D’autres noms devraient surgir dans les prochains jours.

Ismain
Dimanche 20 Janvier 2019 - 18:15
Lu 509 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 25-04-2019.pdf
3.2 Mo - 24/04/2019





Actualites et journaux Afrique





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+