REFLEXION

HYDROCARBURES : La consommation du GPL en deçà des objectifs fixés

La consommation du GPL/carburant (GPL/C) est actuellement de 350.000 tonnes, ce qui est très en deçà des objectifs fixés par l'Etat qui vise également à réduire substantiellement l'importation des carburants polluants, a indiqué à Alger une responsable auprès du ministère de l'Energie.



"L'Algérie consomme aujourd'hui près de 15 millions de tonnes de  carburants polluants dont plus de 350.000 tonnes de GPL/C, ce qui est en très en deçà des objectifs fixés", a observé la secrétaire générale de ce  ministère, Mme Fatma Zohra Cherfi, lors d'une conférence sur la promotion  de l'utilisation de ce type de carburant.  A ce propos, elle a rappelé l'objectif de convertir 30% du parc automobile  à motorisation essence en 2030. Mais elle a précisé qu'il existe un engouement de plus en plus grand des  automobilistes pour le GPL/C, mais qui fait face à certaines contraintes  entravant la réalisation du vaste programme envisagé pour la conversion  dont spécialement la disponibilité des kits et autres équipements. Dans ce sens, elle a appelé à la contribution des opérateurs privés qui  constituent, selon elle, la "clé de la réussite" du vaste programme de conversion et du développement du réseau de distribution de GPL/C à même  d'assurer une plus large disponibilité de ce produit sur l'ensemble de  territoire national. Mme Cherfi a également invité tous les acteurs concernés (ministère de  l'Industrie, Naftal, opérateurs privés...) à renforcer davantage leur relation et à prospecter d'autres pistes de partenariat aussi bien dans le  domaine de la conversion des véhicules au GPL/C que dans d'autres domaines  porteurs d'opportunités. L'autre avantage substantiel de l'utilisation du GPL/C est la réduction conséquente des importations de carburants routiers, a-t-elle soutenu. Sur ce point, le directeur général des hydrocarbures auprès du même  ministère, Mustapha Hanifi, a affirmé qu'une augmentation du nombre de  véhicules convertis au GPL/C se traduisait systématiquement par une  réduction des importations en essence. Selon ses chiffres, l'Algérie importe annuellement 3 millions de tonnes  d'essence et de gasoil pour une facture d'importation de plus d'un (1) milliard de dollars. "Il faut arrêter l'importation", a-t-il lancé en exhortant Naftal à  doubler d'efforts en matière de fabrication des kits et à assurer la  disponibilité du GPL/C au niveau des stations-service. Rappelant que deux raffineries d'une capacité de production de 5  millions de tonnes chacune est attendue pour 2020, il a, toutefois, considéré que d'ici là, il fallait  lever certaines contraintes dont la non disponibilité du  GPL/C au niveau de toutes les stations-service et les longs délais d'installation des kits.

Ismain
Mardi 26 Septembre 2017 - 18:56
Lu 251 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma