REFLEXION

HAUT CONSEIL ISLAMIQUE : Ghoulamallah dément toute fatwa contre la ‘’harga’’



Le président du Haut Conseil Islamique (HCI), Bouabdallah Ghoulamallah, a indiqué  au Forum d’El Moudjahid, que l’instance qu’il préside, n’a jamais qualifié ce fléau qui touche la jeunesse algériennes de «Haram», comme a tenu à le souligner, son président, elle est en phase de préparer une conférence traitant de l’émigration clandestine.  L’invité du Forum a annoncé que le HCI tiendra mercredi prochain une conférence sur le phénomène de l’émigration clandestine, en présence de spécialistes multidisciplinaires. Par ailleurs, docteur Ghoulamallah a indiqué que Haut Conseil Islamique, conformément aux textes qui la régissent, peut émettre des avis religieux (fetwa), sur demande des institutions, notamment la présidence de la République, et quand elle est saisie par les citoyens. Cependant,  Ghoulamallah préfère que la fetwa reste exclusivement la mission des conseils scientifiques siégeant dans les mosquées relevant du ministère des Affaires religieuses. C’est sans ambages que l’invité d’El Moudjahid s’est prêté au jeu questions-réponses. Au total une quinzaine de questions ont trouvé réponses. La première a porté sur cette étude    publiée la semaine dernière et qui montre que les Algériens sont les plus grands consommateurs de contenus religieux sur les réseaux sociaux dans le monde musulman. Leurs pages de prédilection, notamment sur Facebook, sont celles des prédicateurs égyptiens et saoudiens. Pour le président du HCI, cette question  mériterait une enquête plus approfondie, car il est important de recenser ceux qui s’adressent aux imams, ou aux conseils scientifiques des mosquées installées dans toutes les wilayas, pour avoir un avis religieux sur telle ou telle question.  Car il faut, estime le conférencier, sur le plan national, la fetwa doit émaner du Conseil religieux. Il est aussi utile de savoir, le nombre de personnes qui vont sur le net, les raisons qui les poussent à  recourir à la toile, ainsi que leurs orientations... plus explicite, le président du HCI, les avis religieux venant de l’étranger ne prennent pas en compte le contexte algérien et peuvent être  à l’origine de dissensions entre les  membres d’une même famille. En Algérie, la fetwa dit-il, doit provenir de personnes identifiées et «agréées» par le ministère des Affaires religieuses.    

Salim
Lundi 19 Février 2018 - 18:19
Lu 217 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 11-12-2018.pdf
2.83 Mo - 10/12/2018





Actualites et journaux Afrique





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+