REFLEXION

HAI LOUZ (EX-LES AMANDIERS) CROULE SOUS LES ORDURES : Les habitants interpellent le wali d'Oran

Devant la situation alarmante de leur quartier devenu un sanctuaire pour les rats et les chiens errants, les habitants du quartier populeux de Hai Louz relevant du secteur urbain de Bouâmama viennent d'interpeller le wali d'Oran, Djellaoui Abdelkader, en lui demandant d’intervenir auprès de l’APC pour ordonner aux services compétents, l'enlèvement des tonnes d’ordures qui s'amoncellent dans leur espace de vie et ce, depuis le début de la grève des concessionnaires de ramassage des déchets ménagers d'Oran qui n'ont pas été régularisés à cause d'un bon nombre d'entre eux qui n'ont pas complété leur dossier selon la trésorerie de la commune d'Oran.



Les citoyens de ce quartier ont argué du fait que leur quartier occupe une position, stratégique tout juste en face de la polyclinique de maternité  Or, son environnement est défiguré par les déchets ménagers qui ne sont pas enlevés par les services de la commune et eux-mêmes, ils n’arrivent pas à comprendre l'indifférence à leur égard des services d’hygiène qui se targuent pourtant de mener chaque semaine des campagnes d'assainissement et de stérilisation des lieux publics dans les autres quartiers et établissements publics. Et de révéler que des tas de déchets s’amoncellent derrière la polyclinique depuis bientôt cinq jours, que les travailleurs de l’assainissement de la commune n’ont pas enlevés. De guerre lasse, des habitants du quartier ont voulu  mettre le feu à ces déchets ménagers mais ils se sont abstenus  de peur de   créer un autre problème aux habitants, notamment les personnes asthmatiques et autres souffrant d’autres maladies chroniques. « Et avec ça, tout en s’abstenant d’intervenir, les responsables de la commune ne font que nous promettre placidement que « la situation va s’améliorer », ont ajouté les habitants la mort dans l’âme. Les résidents ont soulevé le problème de la situation de marginalisation dans laquelle est confiné leur quartier qui se trouve dans un état de pourrissement avec ces décharges sauvages qui dégagent des odeurs nauséabondes, surtout en cette période de confinement et qui risquent de provoquer  des maladies MTH ( maladie à transmission hydrique) et surtout en cette période très sensible  avec l'augmentation des cas du  Coronavirus qui risque à tout moment d'aggraver la situation si les pouvoirs n'interviennent pas pour régler la situation du ramassage des ordures ménagères en cette période estivale et du confinement du COVID19. Devant cette situation qui n'augure rien de bon, il est temps que les pouvoirs publics et à leur tête le wali d'Oran, Djellaoui Abdelkader, prennent des mesures qui s'imposent  pour régulariser la situation financière de ces concessionnaires des camions à benne tasseuses qui réclament leurs payements qui tardent  à venir depuis plusieurs mois.

Medjadji H.
Lundi 20 Juillet 2020 - 17:03
Lu 544 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 19-09-2020.pdf
3.52 Mo - 18/09/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+