REFLEXION

« HAÏ EL WIAM » : Les oubliés de la marge de Mostaganem !

Non ce n’est pas le titre d’un film d’horreur ou d’un feuilleton mais, c’est un petit focus sur une petite agglomération qui semble avoir été oublié par les élus qui se sont succédés au grand dam de leurs promesses non tenues. « Haï El Wiam » ressemble presque, à un douar déshérité pourtant ce quartier est à quelques encablures du chef-lieu de wilaya et ne voit rien arriver.



« Radar » comme appelé encore par la majorité des citoyens est ce faubourg situé sur les hauteurs du côté Est de Mostaganem. Il surplombe les trois communes de Sayada,  Kheireddine et Mostaganem en dominant d’une vue panoramique tout le sud-ouest. Un problème de taille caractérise cet endroit singulier est qu’il fait partie, territorialement, de la commune de Sayada pourtant, administrativement et économiquement, il dépend toujours de la commune de Mostaganem. Cette zone urbaine est née voilà, un peu plus de 20 ans, près d’un pâté de maisons éparses désignées comme les « Hachem », proches voisins des habitants de l’historique Tigditt. L’installation d’un nouveau cimetière a rendu les lieux plus ou moins visités à l’occasion cependant, la crise du logement a eu raison de l’espace disponible et c’est le lotissement individuel qui s’est invité, alors. Mais, depuis 5 ans environs, ce sont les programmes de réalisation de logement collectif qui sont venus concrétiser leurs objectifs tels les Logements « Cosider » ou encore les logements « Aadl ».Actuellement, on estime la population vivant dans ces lieux à 5000 habitants, environ et les jeunes, de moins de 35 ans, représentent à eux seuls près de 70%. « Haï El Wiam » est dans le dénuement quasi-total avec des voies d’accès ,routes et rues, défectueuses, où tout manque pour mériter une appellation de « centre urbain viable ».Pas de pharmacie, de centre de santé digne de ce nom, de centre de jeux et loisirs pour jeunes ni une aire de verdure pour la détente des personnes âgées, lasses de l’enfermement au domicile. Les jeunes, cette frange importante et fragile ne sait pas quoi faire de son temps ainsi que de son énergie naturelle. Ils sont pratiquement livrés à eux-mêmes, pris en otage par l’oisiveté et l’ennui, dévastateurs. Ce qui  affecte aussi le moral des citoyens ,c’est l’énorme problème juridique des actes de propriété  concernant les logements non régularisés, depuis plus de 20 ans .Des dizaines d’années sont passées et cette zone d’habitat n’a pas été visitée  ni par les élus,  ni par les responsables de l’administration. Loin des yeux elle s’avère aussi être loin, des esprits, et plus loin encore que des programmes d’équipement qui lui sont d’une nécessité vitale pourtant, la « cité Radar » manque de tout. Les habitants ne disposent même pas de transports publics et, parent à ce manque, en empruntant les transporteurs clandestins qui stationnent près du « Centre du registre de Commerce »lesquels, leurs rendent un fier service, incontestablement. Concernant les jeunes de cette cité, ils se sentent marginalisés et abandonnés sans aucune saine distraction, ils vivent le désespoir dans un enfer, sans feu et sans flammes qui se nourrissent de l’indifférence des autres et de l’oubli. Les habitants ne demandent pas l’extraordinaire mais que les élus et l’Etat injectent quelques équipements d’utilité publique très rapidement pour la prise en charge des nécessités. Ils veulent vivre avec un minimum de décence, dans le droit à la dignité de citoyen respectable et respectueux des valeurs d’une république démocratique qui sait écouter ceux qui sont démunis et/ou qui sont faibles. Mais peut-être que les nouveaux locataires des mairies et de l’APW sauront prêter, dorénavant, une attention positive aux citoyens de cette cité « El Wiam » qui attend…

Younes Zahachi
Mardi 21 Novembre 2017 - 18:11
Lu 446 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 20-03-2019.pdf
3.16 Mo - 19/03/2019





Actualites et journaux Afrique





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+