REFLEXION

FORNAKA (MOSTAGANEM) : Un citoyen crie son exclusion sociale



La lutte contre l’exclusion sociale est le fondement d’une volonté politique qui postule à un partage plus égal est plus juste de la prospérité nationale. A Fornaka, un citoyen, Bouara Laid Abdelkader en l’occurrence, souffre depuis des années de la marginalisation de la part des autorités de la daïra d’Ain Nouissy. Il dénonce son exclusion inexpliquée de tous les dispositifs d’aide aux personnes à faibles revenus. L’homme vit chez ses beaux-parents et touche 18000 dinars de rémunérations, dont 4000 dinars sont réservées à la pension alimentaire. Malgré ses demandes incessantes, il affirme n’avoir rien reçu ni logement, ni couffin de ramadhan, ni autre aide sociale pour subvenir aux besoins de sa famille. M. Bouara ne comprend pas pourquoi il est exclu et ignoré par les autorités de la daïra.    Il sollicité à cet effet, l’intervention du wali de Mostaganem pour qu’il puisse bénéficier à l’instar des autres démunis de l’aide sociale  mis en place par l’Etat. Signalons, dans ce contexte, que  la facilitation de l’accès à l’éducation, la santé, la protection sociale, l’emploi sont au centre de nombreux et importants enjeux, et justifient l’octroi d’enveloppes budgétaires conséquentes et en plus d’être des facteurs importants d’intégration et d’insertion, on a vu l’insistance dont il fait preuve à l’intérieur des programmes de développement  par le gouvernement pour faire en sorte que des domaines qui connaissaient par le passé de véritables reculs sociaux participent à présent à cette action d’insertion et de réintégration sociales mises en place par le gouvernement pour que disparaissent les inégalités économiques, sociales, juridiques qui peuvent apparaître à travers une application plus ou moins maîtrisée des politiques mises en œuvres. En la matière, la question de l’emploi est au cœur de l’action politique, économique et sociale actuelle. Voulant rompre avec les effets d’un chômage à deux chiffres (30%) qui a longtemps marqué de façon la plus néfaste qui soit le monde du travail dans la décennie 80 et 90 ; pour cause de crise économique, le gouvernement a commencé à prendre de véritables mesures d’urgence qui ont justifié non seulement le déblocage de crédits mais aussi des mesures volontaristes. Des secteurs comme l’habitat, la santé, la protection sociale justifient toute l’attention des pouvoirs publics en tant qu’élément d’intégration sociale.                

Smain
Dimanche 26 Avril 2020 - 17:52
Lu 702 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 31-05-2020.pdf
5.59 Mo - 30/05/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+