REFLEXION

FLAMBEE DES PRIX DES PRODUITS ALIMENTAIRES : ‘’Laisser pourrir’’, le nouveau boycott contre la cherté

Après le succès de la campagne de boycott des véhicules montés en Algérie “laissez la rouiller”, des internautes viennent de lancer sur les réseaux sociaux une nouvelle campagne de boycott des produits de consommation, entre autres les viandes rouges, la sardine, le lait ainsi que les fruits et légumes, dont certains connaissent une forte flambée à un mois du Ramadhan



De par ce procédé,  ces derniers visent à casser les prix jugés très élevés et loin d’être à la portée des consommateurs. Visiblement inspirés par la campagne “laissez la rouiller”, les amateurs de facebook  ont lancé une autre initiative “laissez les pourrir” pour attirer l’attention, sachant que de nombreuses associations de protection des consommateurs, des marchands de viande, des denrées alimentaires et des fruits et légumes soutiennent ce type de campagne de boycott à condition qu’elle soit mieux structurée et dont l’objectif est de réguler le marché et de faire baisser les tarifs. Sur le sujet, M. El Hadj Tahar Boulenouar, président de l’Association nationale des commerçants et des artisans (Anca) a affirmé que les campagnes de boycott mises en ligne sur facebook traduisent une contestation populaire suite à la hausse des prix et à la détérioration du pouvoir d’achat. M Boulenouar a dit que son organisation ne s’opposait pas à ce type d’action, à condition qu’elle soit justifiée et adaptée à la culture de consommation du citoyen algérien. Par ailleurs, il a nié que les commerçants soient à l’origine de la hausse des prix. De son côté,  M. Mohamed Tahar Ramrem de la Commission nationale interprofessionnelle de viande rouge a lui-aussi exprimé son soutien au boycott de la viande rouge, estimant que les viandes importées ne sont pas à la portée des citoyens, affirmant la fermeture de pas moins de 190 boucheries à Alger. Pour sa part, M. Saïd Guebli a soutenu que le boycott devait toucher essentiellement les produits de consommation importés. Quant à M. Mustapha Zebdi, président de l’Association de la protection du consommateur a estimé que cette campagne n’était pas organisée dans la mesure elle ne concerne pas un produit bien précis. Selon lui, cette campagne serait lancée par certains individus qui veulent monter la vague de boycott, ajoutant que son Association n’est pas contre ces actions qui renseignent d’un degré de conscience du consommateur.

Ismain
Vendredi 13 Avril 2018 - 17:30
Lu 338 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma