REFLEXION

FACE AUX ENJEUX GEOSTRATEGIQUES, A LA CROISEE DES CHEMINS : Bonne année Algérie 2019

L’année 2018 s’achève et commence l’année 2019. Bonne année Algérie 2019, devant éviter toute sinistrose mais également toute autosatisfaction source de névrose collective. Force est de reconnaitre en cette fin d ‘année 2018, malgré toutes ses potentialités, et elles sont énormes, la prédominance de la rente des hydrocarbures qui irrigue toute l’économie et le corps social : Sonatrach c’est l’Algérie et l’Algérie, c’est Sonatrach.



1.-Le pouvoir d’achat des Algériens est tributaire à plus de 70% de la rente des hydrocarbures brut et semi brut et avec la crise de confiance Etat –citoyens,  tous les segments de la société veulent leur part de rente  immédiatement, quitte à conduire le pays au suicide collectif. Le blocage étant d’ordre systémique. Les différentes dévaluations du dinar algérien qui était coté un dinar 5 dollars en 1974, puis 45 dinars un dollar en 1994 étant passé à 81 dinars un dollar en 2013, à 118 dinars en 2018    qui en principe constituent un dumping à l’exportation, n’ont pas permis de dynamiser les sections hors rente( les produits manufacturés hors dérivées d’hydrocarbures terminant à un montant dérisoire  d’environ 600 millions de dollars fin 2018). Environ   83% du tissu économique est constitué de petits commerce/services et 95% du tissu industriel en déclin de petites PMI/PME non initiés au management stratégique. L’Algérie souffre toujours du monopole, source inefficience, à tous les niveaux, et connait un dépérissement du tissu productif dont l’industrie représente à peine 6% du produit intérieur brut. Le modèle mis en place depuis l’indépendance politique, ayant misé sur les  infrastructures moyen uniquement de développement entre 2000/2018, semblable à celui de 1980/1988, trouve ses limites. Il est assis essentiellement sur la bureaucratie et la dépense publique via la rente des hydrocarbures. Bien que depuis quelques années émergent de véritables managers   tant au niveau du secteur privé  qu’au niveau du secteur d’Etat mais soumis à des entraves   bureaucratiques qui favorisent les rentes spéculatives.
2.-Comme j’ai eu à le souligner récemment dans une interview à Radio France internationale RFI et Radio Algérie Internationale,  il faut bien considérer que l’économie algérienne est une économie léthargique et rentière, impliquant une nouvelle orientation économique fondée sur de profondes réformes structurelles. Que se passera-t-il lorsque la rente diminuera, au rythme de la forte consommation intérieure  et  de la baisse prévisible des devises issues des hydrocarbures horizon 2030 et non pas dans trois  ans comme cela a été rapporté faussement, l’Algérie remplissant ses engagements internationaux  d’où l’urgence de réfléchir à la transition énergétique afin de favoriser  leur remplacement progressif par d'autres sources d'énergie,(mix énergétique)  tout en misant sur l’efficacité énergétique par une nouvelle politique des prix  (subventions  ciblées)..  Les équilibres macro financiers actuels sont éphémères sans de profondes réformes institutionnelles et microéconomiques. L’objectif est la mise en place d’un Etat de Droit passant par l’indépendance de la justice et d’institutions démocratiques, tenant compte de notre anthropologie culturelle. J’ai eu souvent à le souligner en direction des pouvoirs publics algériens, il s‘agit d’éviter de dépenser sans compter. Le développement durable tenant compte du défi écologique, en ce XXIe siècle, se fonde essentiellement sur la bonne gouvernance et la valorisation du savoir si l’on veut dynamiser les sections hors rente dans le cadre des avantages comparatifs mondiaux. Y a-t-il une prise de conscience des défis nombreux qui attendent l’Algérie ? A-t-on tiré les leçons de la chute des hydrocarbures de 1986 avec les incidences désastreuses pour le pays, économiques, sociales et politiques?
 3.-Quelle perspective  pour  l’Algérie en cette fin  d‘année 2018? Si les résultats sont loin, très loin des potentialités que recèlent le pays du fait d’une gouvernance mitigée, et elles sont nombreuses, je suis pourtant confiant car le pays  recèle d'importantes potentialités, surtout les compétences humaines richesse bien plus importante que toutes les réserves d’hydrocarbures. Pour cela, outre une profonde moralité des personnes chargées de diriger la Cité, l’on doit revoir la gouvernance et donc l’actuelle politique socio-économique qui ne peut que conduire à l’impasse et donc à l’implosion sociale à terme. La lutte contre la corruption, les transferts illicites de capitaux, qui existent depuis l'indépendance politique, mais qui a pris des proportions alarmantes  du fait que l'on a injecté des sommes colossales sans prévoir de mécanismes de contrôle et une réelle décentralisation pour  rapprocher l’Etat du citoyen , devient une urgence de l'heure. L’on ne saurait ignorer les effets de la mondialisation à la fois positifs mais pervers sans régulation, devant insérer les projets futurs dans le cadre de l’intégration du  grand Maghreb pont entre l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique, pour la stabilité et une prospérité partagée de la région.
 4-L’Algérie est à la croisée des chemins. Si l’Algérie rate le cap du développement entre 2019/2022, elle sera éternellement un pays sous-développé avec d’importants remous sociaux et politiques avec des interférences étrangères. Il faut éviter toute autosatisfaction, contraire au vécu quotidien de l’immense majorité des Algériens, mais également éviter toute sinistrose : tout ce qui a été réalisé entre 1963-2018   n’est pas totalement négatif.  Mais il reste beaucoup d’insuffisances qu’il s’agit impérativement de corriger par une mobilisation générale, du fait des tensions géostatiques et budgétaires à venir,  autour d’un large front social, devant tolérer notre différence. Le défi des nations en ce XXIe siècle, monde en perpétuel mouvement est la maîtrise du temps, tout pays qui n’avance pas recule forcément. Il y a maintenant unanimité nationale et internationale. C’est sa dernière chance. Aussi, le changement de cap de la politique économique et sociale avec soubassement  une vision stratégique et un nouveau mode de gouvernance, grâce à un dialogue fécond et productif, personne n’ayant le monopole du nationalisme, s’impose pour des raisons de sécurité nationale. L'Algérie a toutes les potentialités de sortie de crise. Agissons, loin des discours démagogiques qui ne portent plus  pour le bien être de l’Algérie. En tout cas bonne année Algérie 2019 en espérant un devenir meilleur pour notre pays et  pour toute la population algérienne, n’ayant pas  d’autres patries de rechange.

 

Dr Abderrahmane MEBTOU
Dimanche 30 Décembre 2018 - 20:31
Lu 1060 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 20-10-2019.pdf
3.51 Mo - 19/10/2019





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+