REFLEXION

Et la course a commencé



La campagne électorale des élections législatives a commencé hier dimanche. Les chefs de partis vont parcourir le pays durant trois semaines pour proposer leurs programmes respectifs et solliciter les suffrages de leurs compatriotes. Difficile d’avoir le programme des candidats en ce début de campagne électorale.  Et pour cause ! D’abord, rares sont les candidats qui disposent d’un siège pour informer ceux qui s’intéressent à leur candidature. Et un tour dans la ville de Mostaganem ce dimanche matin, rien n’indique que nous sommes au premier jour de la campagne électorale. Durant cette campagne, il ne faut surtout pas céder la place aux acheteurs de consciences. On n'en a pas le droit. Ces législatives ne sont pas comme les précédentes. Elles tranchent par les contextes national, régional et international dans lesquelles elles se déroulent. Ce sont aussi des élections test qui se déroulent après une série d’émeutes  qui a mobilisé une jeunesse laissée pour compte, après une période qui a permis de dégager de nouvelles perspectives. L'enjeu de cette bataille électorale est sans conteste la participation. Les débats seront vifs. Le travail est de longue haleine. Ce n'est pas en 21 jours de campagne qu'on peut changer un état d'esprit qui s'est installé dans la défiance à l'encontre de l'action politique.  Il y’a des militants ne cachent pas leurs craintes face à la puissance financière de certains candidats. Une concurrence déloyale où certains peuvent employer et payer des centaines de journaliers et d'autres qui ne peuvent compter que sur des bénévoles. En ce premier jour de campagne, l'heure est encore aux échauffements. Dans quelques jours, la campagne atteindra une vitesse moyenne qui permettra de tester les concurrents, avant le sprint final. Autant dire le grand saut vers l'inconnu. La campagne démarre également sur les médias nationaux, qui ont commencé à diffuser les 3 minutes de message électoral octroyées à un représentant de chaque parti. La presse écrite sera également de la partie, elle publiera quasiment chaque jour des dessins humoristiques montrant des électeurs totalement déconcertés ou ensevelis sous des dizaines de listes. C’est une organisation très complexe, il y a beaucoup de travail d'explication à faire.

Réflexion
Lundi 16 Avril 2012 - 11:28
Lu 262 fois
Edito
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 14-12-2019.pdf
3.5 Mo - 13/12/2019





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+