REFLEXION

En faillite, il s’attaque à un édifice religieux : L’islamophobie de Saïd Sadi



Pour une personne finie politiquement comme Saïd Sadi, créer la polémique  est un moyen pour se faire entendre et dire que ‘’je suis là et je ne veux pas qu’on m’oublie’’.  En exil volontaire à Marseille, l’ex-chef du RCD,  pour refaire surface,  a pris comme cible la Grande Mosquée d’Alger qu’il qualifia de ‘’ temple de la corruption’’ et de ‘’monstruosité urbanistique’’. Des qualificatifs souvent utilisés par les islamophobes qui ‘’taggent’’  les mosquées de croix gammées. M. Sadi serait peut-être tenté par cette pratique raciste qui le valorisera aux yeux des autres islamophobes. La Grande Mosquée est aujourd’hui achevée et le débat sur sa construction est désormais stérile. Au début, c’est vrai, des Algériens se sont opposés au projet mais aujourd’hui, continuer de s’attaquer à l’édifice s’avère être une opération de provocation qui n’a pas lieu d’être. Le plus important aujourd’hui est de défendre les valeurs auxquelles  le peuple algérien demeure attaché : indépendance de la justice, justice sociale, égalité des chances, égalité homme-femme et bien d’autres choses. Le défunt Réda Malek avait dit un jour que ‘’l’intégrisme n’est pas une opinion, c’est un délit’’, cette phrase s’applique aussi pour le ‘’fascisme laïc’’ qui s’attaque à tout ce qui est musulman, un fascisme auquel malheureusement M. Saïd Sadi adhère. Ce qui est fait est fait, il faut maintenant passer à l’essentiel. Sortir du ‘’cachot’’ des années 90 où l’intégrisme se mêle au racisme  et essayer de construire une société dans laquelle la liberté de conscience est pleinement respectée en faisant la différence entre musulman et  islamiste. L’amalgame entre les deux c’est faire le jeu des islamophobes. M. Said Sadi n’a toujours pas compris que le monde a changé et qu’on n’est pas en 1990. L’Islam est une réalité en Algérie et désormais une identité que beaucoup d’Algériens défendent. Nier tout ça, c’est refuser la liberté individuelle à 95% des Algériens. C’est à M. Saïd Sadi de se rattraper car ce qui était bon en 1991 ne l’est pas aujourd’hui, c’est l’histoire qui le dit.

Réflexion
Samedi 29 Août 2020 - 16:50
Lu 1157 fois
NON-DITS
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 19-10-2020.pdf
2.8 Mo - 18/10/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+