REFLEXION

ENQUETES SUR LES DOSSIERS DE CORRUPTION A MOSTAGANEM : La sureté de wilaya dément tout blocage ou ralentissement

La sureté de wilaya de Mostaganem a démenti, hier, dans un communiqué rendu public, tout blocage ou ralentissement des enquêtes importantes diligentées par les services de la police sur des affaires de dilapidation de deniers publics impliquant des hommes d’affaires.



Ce démenti fait suite à la publication par le site d’information AlgériePart, du journaliste en exil, Abderrahmane Semmar dit Abdou, d’une enquête mettant en doute la gestion  des enquêtes sur la corruption à Mostaganem par le chef de Sureté de wilaya, M. Hamouni Mohammed. Ce dernier a été accusé par le l’auteur de l’article incriminé, d’avoir ralenti les enquêtes touchent à ses proches businessmen. Le communiqué de la sureté de wilaya  s’est indigné  de la ‘’diffamation’’ dont a été la cible d’honnêtes fonctionnaires de police. Selon le même document, le but de ces publications est de semer le doute chez le citoyen quant à la prise en charge sérieuse des dossiers ayant trait à la corruption, accusant l’auteur de l’article de créer des faits inexistants à des fins de chantage et d’extorsion d’argent.  Il est à signaler que l’article en question a cité plusieurs dossiers dont l’attribution de certains terrains touristiques octroyés par l’ex-wali de Mostaganem Rabehi Mohamed Abdenour au patron du groupe privé A.Z, Abdelaziz Kara, l’enquête portant sur les assiettes foncières attribuées au patron des complexes touristiques Zina Beach et le patron du Groupe Industriel Sidi Bendhiba Kobibi Bachir qui aurait bénéficié à lui seul, selon l’article, de 13 hectares à la zone industrielle de Bordjia dans la wilaya de Mostaganem, un dossier de détournement de plus de 40 milliards de centimes concernant le projet de la réfection des vieux immeubles de la ville de Mostaganem,  l’enquête sur le détournement de l’assiette de l’usine de SONITEX et aussi l’affaire d’un promoteur immobilier accusé de morceler un terrain agricole de 16 hectares pour le revendre en plusieurs lots de terrain destinés à la construction privé en contrepartie d’un pot-de-vin de 500 millions de centimes et un appartement dans une résidence privée en cours de construction au centre-ville de Mostaganem. Toutes ces accusations ont été démenties par la sureté de wilaya de Mostaganem qui envisagerait selon d’autres sources de porter plainte.

Smain
Lundi 11 Mai 2020 - 19:59
Lu 1498 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 03-06-2020.pdf
4.75 Mo - 02/06/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+