REFLEXION

ENFREINTES AUX MESURES DU CONFINEMENT A TISSEMSILT : Des femmes sommées de payer l’amende de 6000 dinars

Exceptionnellement aux années précédentes, le Ramadan de cette année ne ressemble à rien de pareille et sur tout les plans, le Coronavirus a négativement affecté le quotidien de tout Algérien notamment celui de Tissemsilt ou quant on parle de l’activité commerciale habituelle au niveau de la ville de Tissemsilt, on parle d’un mouvement réservé à son strict minimum et parfois à un confinement non respecté par certains personnes et des répercussions qui sortent un peu de l’ordinaire.



En effet,  cette activité commerciale en ce mois du Ramadhan se limite comme ailleurs à quelques commerces seulement et avec la chaleur suffocante, même les commerces autorisés ne font plus le plein habituel soit par l’obligation du confinement et de l’espacement, soit par le manque de marchandises du à la perturbation dans le ravitaillement ou l’acheminement des produits, avec l’approche de l’Aïd, les rues et autres boulevards sont presque morts, une activité commerciale très timide, à la cité " Wiam", les (119)lots et Hai Sbaa qui détenaient le record d'affluence, le spectacle est le même, des rideaux fermés et parfois à demi alors qu’un commerce d’un autre genre s’est dressé garantissant certains produits tels les vêtements de l’Aid avec comme subterfuge ; quelques clients seulement peuvent entrer faire leurs achats alors que les autres attendent devant les portails des magasins et  malheureusement, c’est cette clandestinité qui accentue la propagation du Covid 19 qui est visée par les services de la police et quotidiennement c’est un jeu au chat et à la sourie qui se dessine notamment à Hai Sbaa où plusieurs commerces ont été épinglés avec des clientes à l’intérieur et afin limiter les dégâts, les femmes clientes ont été invitées d’appeler leurs conjoints afin de payer l’amende de 6000  dinars d’une part et de finaliser les procédures du PV alors que d’autres procédures ont été entreprises à l’encontre des commerçants. Autre part, non loin de Hai Sbaa et malgré les mesures entreprises pour lutter contre le Covid 19 et le commerce illicite, il est très difficile de se frayer un passage devant la masse citoyenne venue faire des emplettes et le squat des routes et des trottoirs par les semblants de commerçants et autres exposants et l'afflux de personnes qui font le va et vient incessant le long de ces lieux. Les trottoirs, les ruelles et les placettes sont pris d'assaut par ces vendeurs occasionnels et certains commerçants dont les locaux sont fermés et pour contourner les restrictions du confinement, ils avaient engagé des jeunes à la criée qui interpellent les gens et les orientent vers les commerces sans attirer l’attention des policiers. Enfin, il est sûr, c'est que malgré les conditions très difficiles dans lesquelles se trouvent les citoyens et malgré l’application des mesures coercitives contre les contrevenants du confinement, les opérations de vente et d’achat se poursuivent timidement mais visiblement avec une cadence croissante notamment avec l’approche de l’Aid El-fitr.

A.Ould El Hadri
Vendredi 15 Mai 2020 - 18:28
Lu 747 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma