REFLEXION

EN ATTENTE DE RELOGEMENT DEPUIS 15 ANS A ORAN : Cri de détresse des habitants de Sebkha et Sidi Chahmi

Les habitants des bidonvilles des cités Sabkha de Sidi Chahmi avec ceux de CUMO de l'Université d'Es-Senia et de Kara souffrent le martyre au quotidien, en cette période hivernale et de vents violents d'une puissance de 80 km/h, leur ayant occasionné des dégâts importants aux toitures de leurs habitations en tôle et en zinc.



En effet, des habitations endommagées par les averses qui se sont abattues suivies de vents violents. Ce  qui les a poussés à se révolter pour la énième fois pour demander leur relogement qui tarde à venir depuis plus de quinze années.  Selon les représentants de ces quartiers qui nous ont informé que des autorités compétentes de la daïra d'Es-Senia les a informée que les logements qui devraient  accueillir ces occupants des bidonvilles des cités Sabkha ,Kimo et Kara  sont en phase d'achèvement de travaux de finition extérieurs qui sont en cours de réalisation. Une fois réceptionnées ,nous procéderons à leur relogement dans les meilleurs délais, mais il faut que ces habitants patientent un peu pour pouvoir les prendre en charge tout prochainement en attendant la finition des différents travaux d'assainissement et de finition extérieure qui sont en cours d'achèvement, ont déclaré les membres de la commission de logement de la daïra d'Es Senia .Ces centaines de familles qui occupent ces baraques en tôle et en zinc vivent le calvaire au quotidien et leurs situations sociales est en train de se dégrader de jour en jour, qu'ils qualifient de misérable compte tenu de l'absence des conditions minimales pour une vie décente. Il est à souligner que certains parmi eux, ont eu la chance de bénéficier d'un logement social décent , par contre la majorité de ces habitants sont dans l'attente d'un relogement depuis 15 longues années jusqu'à l'heure actuelle, toutes leurs doléances sont restées vaines, sans suite et à chaque fois ,les autorités  locales leur promettent plus de patience et d'attendre leur tour, mais leur patience est longue et semble s'épuiser, et le rythme des travaux de finition avance au ralenti. Il  devrait être accéléré plus rapidement en vu de leur relogement dans les prochains jours. Ils ont exprimé leur crainte de rester dans ces maisons en fer-blanc pendant d'autres années. Par ailleurs, de nombreuses familles vivant dans des bâtiments menacés d'effondrement dans l'ancien quartier de Derb et dans plusieurs rues de la municipalité d'Oran ont exprimé leur profonde crainte concernant l'effondrement de leurs murs et plafonds, surtout après que les taux de leurs dégâts ont augmenté en raison de facteurs naturels, et malgré cela, les responsables concernés n'ont pris aucune décision quant à un coup de main à ces familles qui encourent les dangers d'effondrement à tout moment. Plusieurs familles qui occupent ces habitations des vieux quartiers ont retrouvé leurs logements endommagés, ce qui  représente un grand danger pour leurs occupants, lesquels n'ont pas trouvé d'issus pour une opération d'aménagement des travaux de rénovation de leurs habitations qui sont endommagés durant cette période hivernale où des  rafales de vents violents ont détruit leurs demeures. Ils  ne savent plus à quel saint se vouer en l'absence des autorités locales pour une meilleure prise en charge, sachant bien que de nombreux bâtiments sont dans un état catastrophique, et ils représentent un danger permanent pour leurs résidents, et la preuve  est démontrée par l'état des escaliers usés, des murs et des plafonds fissurés qui risquent de tomber à tout moment, ont affirmé les résidents de ces bâtiments relevant du vieux quartier populeux d'Oran.

Medjadji Habib
Dimanche 13 Décembre 2020 - 14:34
Lu 258 fois
Oran
               Partager Partager

Oran