REFLEXION

ELECTIONS LOCALES A MOSTAGANEM : Les revenants

CES TETES DE LISTES QUI TRAINENT DES CASSEROLES !

Décidemment, si l’immixtion du nerf de la guerre s’avère au fil des joutes électorales nationales une certitude, que ni la confection des listes aussi bien chez les grandes cylindrées que chez les petites en mal d’assiettes, ni les rouages partisans, ne peuvent nier à la vue de tout d’un beau monde de prétendants criant du haut du toit à l’escroquerie, à l’issue de leur déclassement à l’ombre de la re-confection de pas mal d’arrangements comme chez certaines grosses pointures parmi nos valeureux partis politiques comme est-il le cas pour la wilaya de Mostaganem ; il n’en demeure que l’autre tintamarre des casseroles trainées par bien de ces postulants aux mairies sans le moindre rougissement aux faciès de leurs visages de la honte, annonce une image assez conséquente sur tout le chaos menaçant la commune au tournant, maintenant que la caractéristique limpide du casier judiciaire n’y est plus une condition sine qua none pour la gestion de la première institution de la République. D’où la nécessité plus que jamais d’aller voter pour les propres, pour les parfaits.



Il y a lieu de dire sans le risque de se tromper que le projet de reconduite ou d’installation de candidats auxquels ni un pèlerinage ni les ablutions par une eau bénite ne sont capables de blanchir le faciès, n’est pas propre à un parti politique précis. Le phénomène de pêche de tant de têtes à partir d’eaux troubles, pour ne pas dire d’eaux usées -sauf votre respect, touche des postulants de plusieurs formations politiques à travers la majeure partie des communes de la wilaya. L’on compte sous cet angle, rien que pour les têtes d’affiches, pas moins de 17 candidats aux mains indélicates, souillées par diverses sales affaires, les unes plus déshonorantes que les autres. Candidats lesquels relèvent du choix de huit formations parmi et les anciennes et les jeunes tout comme celles jouant la carte religieuse pour ne pas dire islamistes.
DE RETOUR, LES FAUX ET USAGERS DE FAUX
Menant leurs formations à travers huit communes, ces drivers de listes sont impliqués par divers délits sur lesquels a statué la justice. Dans une commune au sud-est du chef-lieu, le tête de liste d’un formation politique assez vieille, est carrément condamné pour faux et usage de faux sur le registre de délibérations à propos d’une belle Corolla, outre une condamnation pour coups et blessures volontaires (cbv). Alors que dans la commune voisine de celle-ci, toujours au sud-est de Mostaganem, l’heureux candidat du même vieux parti est pour sa part impliqué d’une affaire de lot de terrain que la madame la justice a bel et bien inculpé. L’autre plus ou moins grande commune de l’Est de la wilaya, du moins par son grand marabout, parle aussi de cet ancien maire poursuivi pour une affaire de projet de bibliothèque et que le wali Zoukh avait relevé de ses fonctions de magistrat de la commune. Il tente se réinstaller à la tête de la mairie par le biais d’un petit parti politique qui est compté comme étant une formation satellitaire du pouvoir. Dans la même commune du palmier sinueux, une autre formation politique ni vieille ni née de la dernière pluie quoi que portant une moustache depuis son jeune âge, supporte comme chef de file, un autre condamné à 3 ans de prison pour la fameuse affaire de la Sablière.
LES CBV : MAIRES OU COWBOYS
A la même grosse pointure partisane, dans l’autre commune de l’ouest de Mostaganem, le tête de liste est un ancien maire poursuivi dans les arènes de la justice pour une affaire scabreuse en matière de gestion à la mairie. Sur la même route vers l’Ouest, le tête de liste de la même formation en question, est poursuivi en justice pour une affaire de faux et usage de faux, à propos de l’affaire de la villa de l’émigrée tel connu par les autochtones des bains maures. Alors qu’en bas de ces derniers, le tête de liste de la formation dont il s’agit, un ancien maire est condamné pour une affaire de cbv ayant défrayé la chronique locale et nationale. Et pour clore le listing de la fameuse formation politique qui mène depuis le temps campagne contre le terrorisme, à fond vers l’Est à la petite et pauvre commune de l’extrême Est, l’ancien maire voulant revenir aux affaires de la commune par la grande porte, n’est en fait que celui que la justice a condamné à 6 mois de prison pour malversations en matière de gestion. Toujours à l’Est de la wilaya, dans la commune voisine, le postulant à la magistrature de l’autre pauvre commune perchée sur les montagnes, par le biais du parti ayant perdu la chefferie du gouvernement, ne traine pas grand-chose hormis une condamnation à un an de prison avec sursis pour filouterie inhérente à une affaire de bureautique.
DES BARBUS, DES BARBIES ET DU … KIF !
Son homologue au centre de la wilaya pour ne pas nommer la grande commune, est mentionné au niveau de la direction des sceaux comme étant un membre actif de l’ex-FIS, ami intime et souteneur de l’ex-émir du sinistre AIS cheikh Noureddine Bouabdellah. Pour ce qui est du parti des barbus, un ancien élu à la contrée du fameux palmier sinueux, est aussi condamné à 2 ans de prison dans ladite affaire de la sablière. Et dans les alentours de cette commune, un autre ancien maire, maintenant tête de liste, est condamné à 1 un an de prison pour mauvaise gestion, y est mentionné. Non loin et toujours au sud-est, l’autre affiche d’un tout petit parti rappelant l’équipe footballistique de Sétif, n’est pas condamné comme les autres juste pour la mauvaise gestion, puisqu’il lui est aussi reproché dans son casier, une affaire de cbv, ce qui est normal allait-on dire, mais aussi une autre affaire de kif. Et pour clore, au niveau de la côte Est connue pour ses bois et ses bosquets, un ancien maire à l’affiche d’un parti pas du tout vieux, y est à la tête de sa liste en dépit des poursuites judiciaires qu’il n’a pas encore résolues pour détournement de deniers publics. Du reste, l’unique tête de liste à décrier d’après nos sources et rapports, est relative à un ancien élu d’une très grande APC condamné à une année de prison dans une affaire de malversations ayant couté la peau des fesses à un autre maire relevé.   

 

Ilies Benabdeslam
Mercredi 4 Octobre 2017 - 18:34
Lu 1264 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 17-06-2019.pdf
3.27 Mo - 16/06/2019





Actualites et journaux Afrique





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+