REFLEXION

ELECTIONS LOCALES A MOSTAGANEM : Ces têtes de listes sans cv et sans programmes !

Alors que les Mostaganémois se rendent aux urnes d’ici à peine dix jours, force est de constater que trop peu de propositions concrètes émergent des programmes des candidats, si programmes détiennent-ils, à l’ombre de ‘’têtes’’ ne recelant même pas du minimum requis en termes de conditions requises pour pouvoir rêver à gérer une APC avec une cagnotte de 200 milliards comme celle de Mostaganem.



A l’exception unique d’un seul mouvement qui s’avère une véritable ouverture sur l’espoir de par la crème de la Nation qu’il a bien su drainer pour apporter un sang nouveau ; la piètre image des autres partis du sérail et ses satellites entrant en lice à ces élections locales pour finalement ne répéter que le refrain passant en boucle depuis 1962, ne fait que se confirmer aux yeux des observateurs avertis et même lambdas. Il y a d’ailleurs qu’à jeter un coup d’œil sur bien des posters parmi ces listes pour se poser tant de questions quant au choix de pas mal de candidats dont la vue écœure sérieusement la population. Et ce ne sont pas les exemples qui manquent lorsque ces partis dits grands, aient recouru à des personnes aux dossiers et aux casiers judiciaires plus sales que les décharges. Il y eut même, pour dire quelques bouts de confidences au nom de la démocratie dont ils parlent, des gens aux mauvais comportements, choisis à la tête de ces partis. De quoi jauger toute le semblant de campagne chez ces partis qui n’ont même pas pris la peine d’épargner aux populations des 32 communes de la wilaya des candidats qui ne rougissent pas à trainer des casseroles. Alors, de là, à voir ces personnes prendre soin de l’honneur de l’administré dans ses quêtes administratives  c’est à demander l’impossible, quand les langues se délient à travers bien des communes et Dieu sait combien sont nombreuses ces assemblées à trainer encore une fois de pareils personnages.
Des candidats navigant à vue !
Cela dit, il y a également, d’autres critères qui poussent les citoyens à se désintéresser totalement de la chose politique. Le cas par exemple de ces autres candidats ne faisant même pas la distinction entre le PCD et le PSD. Et ces gens-là, à défaut de programmes, de toute vue et de tout projet, naviguent à vue. Ce qui les rend forts en roublardise, commerçants à la sauvette de belles paroles dans les rangs des petites gens n’ayant comme plafond de recommandations qu’un filet social, qu’un couffin de la honte, qu’un logement social, qu’un Fonal. A défaut de plans macro-économiques au temps de la commune obligée désormais à fructifier ses entrées par ses propres moyens, des candidats de cette trempe, ne trouvent qu’à se manifester contre les candidats propres et lettrés qui disposent de plans d’action. D’où d’ailleurs, l’invective et les boulets rouges auxquels recourent bien des personnes  dans leurs meetings et sur leurs facebook à l’encontre de gens civilisés, par faiblesse, par crainte et par inculture.

 

Ilies Benabdeslam
Lundi 13 Novembre 2017 - 18:04
Lu 961 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 12-12-2017.pdf
3.55 Mo - 11/12/2017





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+