REFLEXION

ELECTIONS LEGISLATIVES 2017 : La voix du peuple qui voit et trace la voie de son pays

Le citoyen et la démocratie sont ce que les feuilles sont à l’arbre, il ne peut y avoir de démocratie sans peuple, imaginer une seconde un match de foot sans ballon, ou bien le soleil sans la lumière du jour. Etre citoyen c’est avoir des droits et des devoirs cela même sont appliqués à nous même lorsque l’on se porte électeur, pour participer à la vie publique et politique, être citoyen nous porte à être un membre du juré pour la simple raison que tout jugement est promulgué au nom du peuple, le vote c’est un acte individuel de liberté par excellence.



Cette façon d’agir du citoyen devient une voie à partir de ce qu’il voit et il le fait que reprendre le pouvoir qu’il lui est consenti par la Constitution dans son article 7. L’action de voter rend les citoyens tous égaux sans différence de classe, de race et de sexe, il faut avoir l’âge requis pour voter qui est dans notre pays fixé à 18 ans, faisant foi que notre Constitution se fait valoir sur le terrain par son article 32,34,35 ,36 ,sous l’autorité exclusive de Monsieur Le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, qui convoque le corps électoral pour tenir cet important événement qui sont les élections. Cette décision est propre à lui et ne peut être déléguée à quiconque en vertu de l’article 101 de la constitution qui met en évidence ses prérogative. Sur ce même sillage, il nomma par décret la haute instance de l’autorité indépendante de la surveillance des élections à sa tète Monsieur Derbal composée de 410 membres presque autant que le nombre de sièges de députes qui est de 462 avec une compétence territoriale sur les 48 wilayas.  La parité hommes femmes dans la vie politique algérienne est devenue un exemple parmi les pays arabes voire même dans le monde ou les pays qui prétendent donner des leçons de démocratie n’y sont pas parvenus  à instaurer cette dite parité. Notre constitution est un recueil de lois c’est pour cela que je conseille à  tous les citoyens de la lire, ou de se faire lire ,si on apprécie bien l’ossature de celle-ci, on constate comment la séparation des pouvoirs est bien définie que nous pourrions être amenés à la déchiffrer sous les abréviations suivantes (CLODIA) avec le thème du  sursoit des lois comme suit :(C=constitution,L=lois,O=ordonnance,D=decret,I=instruction,A=arrêté),le pays est souverain par sa constitution et ses frontières certes ,le citoyen n’est t’il pas lui aussi souverain dans le choix de ses gouvernants ! Ne rentre ‘il pas dans un isoloir pour élire les représentants du peuple ! du président et de ses élus locaux ! sans que personne n’a le droit de regard sur son choix, ce geste si banal  on l’appelle la démocratie.  Le citoyen électeur par ses droits et ses devoirs que la constitution algérienne lui a consacré pas moins de 51 articles ce qui équivaut à presque le quart des articles de cette dernière qui en compte 218 articles, car dans toute élection c’est la transparence qui prévaut pour donner droit et valeur à celle ci mais les élections ont des règles que chacun doit respecter cela fait partie du  respect du jeu démocratique en lui-même.  Notons bien que l’électorat dans son fond n’est uniquement qu’un droit et un devoir mais plutôt une véritable fonction que la nation confie ,vu que la citoyenneté d’une personne ne repose guerre sur le fait d’avoir une carte d’identité nationale mais encore plus par l’attribution de sa carte d’électeur qui fait de lui un citoyen d’un pays, d’une nation puisque seule la personne qui possède cette dite carte a le droit de voter, cette véracité est établis puisque toute personne de nationalité étrangère et dépourvu de ce droit, devant cet état de chose on associe un citoyen qui vote à un citoyen ayant là son appartenance au pays qui organise les élections
Votre bulletin glissé dans l’urne le jour des élections peut avoir plusieurs significations après le dépouillement des voix comme cela suivra :le vote blanc « un citoyen qui vote blanc lorsqu’il  n’est pas satisfait d’un candidat ou d’une liste de candidats qu’on lui propose c’est lorsque le citoyen arrive  au bureau de vote pour accomplir son devoir d’électeur selon loi électorale et au moment où il se trouve dans l’isoloir il glisse une enveloppe vide sans aucune inscription ni rature quelque soit sa nature sinon il sera considéré comme un bulletin nul »
Le vote nul « c’est pratiquement le même chemin et la même procédure que le vote blanc à la différence que celui-ci aura été glissé dans l’enveloppe avec plusieurs listes ou candidats ayant ajouté dessus un écrit ou rature, ou dessins quelque soit sa nature, un autre papier autre que celui conçu pour les élections, bulletin déchiré ou détérioré.
Un pays est toujours en constante évolution et toujours vers l’avant, même si certains pensent  qu’il avance plus, il avance toujours  quand même, c’est juste que vu la conjoncture mondiale qui nous donne cette impression qui fait que ce dernier avance plus vite ou moins vite, mais c’est l’esprit même de la courbe économique comme celle de la chute des prix du pétrole, et comme  toute chose qui avance elle a besoin d’une source d’énergie dans le cas d’un pays.  Ses énergies ne sont pas ses richesses mais plutôt son peuple dans le cas de l’Algérie c’est sa jeunesse qui est le peuple puisqu’elle compte 75% de la population mais une énergie si elle n’est pas transformée pour être utilisable dans tel ou tel chose mobile cela donnera forcément une inertie, donc le fait d’aller accomplir son devoir par le vote devient le carburant du pays puisque le législateur aura pour fonction de voter les lois qui préserverons nos droits, le peuple c’est un pouvoir immuable il n’est pas soumis à la règle de l’alternance c’est grâce aux élections qu’il décide qui va légiférer pour lui qui va contrôler et faire le suivi de l’action du gouvernement . Le législateur devient la sentinelle du peuple qui peut s’en référer directement au président de la République en cas de force majeure, mais tout sentinelle a besoin d’une arme pour veiller à notre sécurité cette arme la c’est notre bulletin de vote qu’on glisse dans l’urne. On vote pour un candidat non pas par sentiments, mais plutôt par raison et conviction ,non parce qu’on connait ce dernier par sa famille, par voisinage, par connaissance sectorielle ,on vote pour lui pour des raisons spécifiques pour un programme ou pour une idéologie, l’élection n’est jamais une affaire de cœur mais une affaire d’action dans  le but  de relever et faire face à tous les défis sur le terrain, le futur candidat ne doit pas être une encyclopédie de promesses mais ce sont des paroles et des actes, ni un vendeur de rêves, nous citoyens nous n’allons pas demander à un candidat de faire atterrir un sous marin dans notre baignoire ,mais on lui demande de faire construire celui-ci pour surveiller nos eaux territoriales, nous n’allons pas aussi lui demander de faire couler de l’eau minérale dans nos robinets, mais d’avoir une eau potable saine tous les jours, pour ainsi dire les rapports entre candidat et citoyen auront comme assise et socle la logique, cela n’empêche pas le futur élu d’avoir en plus de son  groupe parlementaire, d’avoir un vrai lobbying pour agir qui consiste à s’appuyer sur  une société civile et association caritative  très dynamique qui puissent le soutenir dans toutes les actions lorsqu’il voudra interagir avec le parlement, le poids d’une proposition a besoin d’un vrai levier pour s’accouder, c’est la grande citation d’Archimède qui a dit donnez moi un point d’appui et je soulèverais la terre, le citoyen est en droit de demander des comptes  à son élu car il lui a donné  sa voix pour qu’il ne le laisse pas aux aboies (sans réponses),participer au vote et donner sa voix à tel ou tel c’est garantir le lendemain de ses enfants et la prospérité de son pays, plus le taux de participation aux élections est important plus le chef de l’exécutif aura son mot à dire dans l’obtention du budget  de  développement annuel de sa wilaya, mais certains vous diront de s’abstenir de voter c’est mieux et que cela ne servent à rien de voter et que tout est truqué d’avance ;mais imaginons un peu que le gouvernement leur dise par exemple qu’on va annuler le vote et qu’il n’y aura aucune élection dorénavant ceux là mêmes s’élèveront  à voix haute pour dire avec un grand pourquoi et pointeront du doigt l’Etat comme étant un pays totalitaire sans droit, ni lois, le vote fait partie de ces libertés qui semblent naturelles, et dont on ne perçoit pas l'importance que si elles viennent à disparaître, le citoyen ou un parti politique qui s’abstient de voter perdent tout droit d’exprimer leur mécontentement, ni de hausser le ton en disant qu’ils on été trahis par leurs voix , dans leurs choix car il n’aurons donné  ni voix ni fait un choix, mais lorsqu’un parti s’abstient cela s’appelle boycott et non un non participant aux élections.   Il faut être direct et appeler les choses par leur propre nom. Lorsqu’il s’agit de l’avenir et de la démocratie cela ne doit être en aucun cas un jeu de mots ou bien jeu des chiffres et des lettres. Hélas, dans notre société, il y a des gens qui quoique l’Etat fasse pour le bon déroulement et la transparence des élections, ils voudront toujours faire prévaloir leurs préjugés. C’est une mélodie connue de tous et qui surgit à chaque élection, c’est pour cela qu’on demande à tout citoyen d’aller voter même blanc car celui-ci sera grandement pris en considération dans le décompte  et on saura dans quelle circonscription y a-t-il des citoyens qui sont mécontents et déçus, dans quel quartier, dans quelle commune, daïra et wilaya. Ce décompte sera remis sur la table et à plat à chaque candidat élu pour que celui-ci se rapproche encore plus de ses concitoyens pour prendre des mesures adéquates en lieu et place et y apporter les remèdes requises pour que la déception se transforme en joie il aura devant lui 5 ans pour convaincre et si tel est le cas, ce dernier pourra prétendre à une autre candidature qui lui  est acquise sans faute, car le vote blanc aura traduit l’insatisfaction devant le projet ou programme et de la ligne politique du candidat, cela même va donner un élan de démocratie et non un emboitement à celle-ci, toute satisfaction est relative c’est le but même des élections qui se renouvellera chaque 5 années qu’on appelle en langage politique l’alternance du pouvoir, le vote blanc veut dire aussi que le citoyen respecte les valeurs de la république et qu’il veut y participer même s’il n’accepte pas tous les choix qui  lui sont proposés pour ne pas tomber dans la citation « les absents ont toujours torts». A  mon avis, il est judicieux de confronter chaque candidat qui sera élu pour le mettre en face de ses responsabilités, enfin voter c’est la pierre angulaire de nos libertés, voter, c’est aussi un acte responsable, pour preuve, on ne peut user de ce droit que lorsqu’on devient  majeur
Comme l’a dit si bien Bertol Brecht  « «Si tu ne participes pas à la réussite, tu participes à la défaite »nos valeureux martyrs sont morts pour nous citoyens d’aujourd’hui libres et indépendants,  ils nous ont transmis le flambeau  pour qu’à notre tour notre démocratie le maintienne toujours allumer, mais un flambeau a besoin d’un manche pour être tenu, celui-ci n’est autre que la voix du citoyen électeur  des législatives 2017.

 

Belayachi Naboussi
Vendredi 17 Février 2017 - 18:03
Lu 415 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2017.pdf
3.33 Mo - 10/12/2017





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+