REFLEXION

EDITO : Une opinion publique ‘’émotionnelle’’



Une nouvelle règle sociale stipule qu'il ne faut pas trop exhiber ou partager nos émotions comme la joie, un spleen, l'euphorie, les remords, la mélancolie, etc. Nous sommes même devenus trop prudents pour laisser les gens poser un regard furtif sur nos états d'âmes que nous gardons voilés. L'intelligence émotionnelle est lorsque nous dépassons cela pour ajuster notre comportement de manière à orienter l'intuition. C'est une notion qui s'éveille pendant un échange entre un destinateur (émetteur) et un destinataire, pendant un moment d'émission et d’absorption communicative.  Toujours dans une bataille à finalité alpha ou disciple, chacun des deux essaie de mettre en œuvre ce qui a été acquis de l'intelligence émotionnelle. C'est semblable à un duo dans un jeu de briques, dans lequel chacun réitère sa forme sur celle de l'autre de façon redondante, jusqu'à ce que le point culminant soit atteint. Cette avidité d'aboutissement nourrit l'interaction. Ça rappelle la satisfaction abdominale après avoir mangé une banane sur un ventre vide. Cependant, - et loin de toutes manipulations et d'objectifs malsains - l'optimisation des compétences en intelligence émotionnelle, est en fait un moyen pour accroitre notre marge de tolérance. Il s'agit d'un exercice d'exorcisme classique, étant donné que l'envie d'expulser une partie de nous-mêmes est omniprésente, pour qu'elle réside temporairement dans l'autre. En outre, c'est l'éveil d'un appendice cognitif ou d'une intuition, permettant la stimulation des émotions d'autrui, telles que la compréhension, la relation et la sympathie. Comme il semble que nous soyons tous les jours sujets à de lourdes contraintes, telles que les responsabilités et les devoirs sociaux, professionnels, financiers et de conviction, il est très important de rappeler un pilier critique de nos êtres qui a toujours été marginalisé de la mémoire collective. C'est en effet - pour ne pas dire l'une des plus grandes - une lutte acharnée. C'est juste que nous ne nous en rendions pas compte très souvent.

Rachid M.
Samedi 7 Octobre 2017 - 18:02
Lu 214 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma