REFLEXION

EDITO : Salah est mort et après



Le Yémen, on a tendance à oublier ce conflit qui est pourtant très meurtrier, et joue à nouveau le jeu des rivalités entre l’Iran et l’Arabie Saoudite au Moyen-Orient. Plusieurs médias se sont dans les dernières semaines intéressés à ce conflit qui ne dit pas son nom, mais les faits restent : les bombes pleuvent et personne n’entend les civils crier. Ce conflit armé a fait désormais plus de 7000 morts, de 37 000 blessés et surtout trois millions de personnes déplacées, et les raids aériens de la coalition ne font rien pour arranger ce bilan, les bombes ne faisant aucun différence entre rebelles et civils. Si les bombardements défraient régulièrement la chronique pour nous parler de centaines de victimes, civiles ou non, notons que l’Arabie Saoudite a été rajoutée à une liste noire de l’ONU pour non-respect des enfants dans un conflit armé à la suite de bombes touchant de jeunes victimes… Avant d’en sortir aussi vite en juin 2016 en faisant pression sur l’organisme international : d’après Ban Ki-Moon, dans sa dernière année en tant que Secrétaire Général des Nations Unies, il s’agit de maintenir les fonds de l’Arabie Saoudite pour aider d’autres programmes, d’autres enfants… Exit les enfants yéménites donc. Et les attentats de la branche d’Al-Qaïda, et surtout de l’Etat Islamique, continuent. Les rebelles houthistes tiennent pour le moment la capitale, montent un pouvoir politique parallèle, concurrençant l’actuel président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi. Reste à voir en quoi cette coalition, appuyée par les Etats-Unis pour ménager l’Arabie Saoudite dans des temps troublés, continuera à s’ingérer dans les affaires d’un autre état à coup de bombes et de raids aériens, dans la grande indifférence de la communauté internationale. Notons au passage que le Yémen est sur une voie de passage maritime stratégique pour les porte-conteneurs, les enjeux économiques se mêlant ainsi aux autres types d’enjeux. Finissons par une question : bombarder des civils et des rebelles permet-il de résoudre une crise rapidement ? Un retour d’expérience de Syrie pour le compte de l’Arabie Saoudite me semblerait nécessaire…

Rachid M.
Lundi 4 Décembre 2017 - 18:03
Lu 292 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma