REFLEXION

EDITO : S’élever au monde des idées



Quand l’emploi fait  défaut et que la vie devient intenable et  que les chefs de famille terrassés par la maladie ou sujet à d’autres contraintes , c’est aux enfants en bas âge  d’abandonner l’école pour se livrer corps et âme vers le monde du travail dont  ils ne connaissent  ni les rouages ni les lois régissant  ce monstre qui à travers certains employeurs  fourbes et malhonnêtes  profitent  de cette aubaine pour exploiter cette frange de la société  si fragile et très naïve. Par ailleurs, la faute revient aux gouvernants qui ne  se soucient guère de la misère   de leurs peuples ou plutôt  la maintiennent  pour ne pas laisser  ces derniers   penser à se soulever contre eux  pour aspirer à une vie meilleure mais plutôt  les préoccuper  à  leur tube digestif  car toutes les politiques économiques et sociales reposent  sur  des systèmes de gestion archaïques, car un peuple repu aura tout le temps pour penser et remettre en question  tout le système politique, économique , social et culturel de son pays  pour essayer de changer le système en place et proposer d’autres systèmes plus adéquats et plus fiables  qui pourront peut être changer la vie des hommes en aspirant à de meilleures conditions  sociales. Par contre, un peuple  affamé et vivant dans des conditions sociales déplorables ne pourra jamais s’élever au monde des idées pour changer ses conditions car il ne pense qu’à se nourrir et subvenir aux besoins de sa famille et  aspire toujours dans de meilleures conditions, mais il est maintenu dans ces conditions précaires   par la force et la répression. Et à la  femme d’être jetée dans le monde du travail qui à la longue devient un problème social créant des divergences et de grands problèmes familiaux et surtout conjugaux et en particulier  sur l’éducation des enfants qui pour la plupart sont en manque d’affection qui pourront par la suite  durant la période de l’adolescence devenir des dépravés ou des délinquants car il faut craindre l’homme qui n’a pas su être enfant comme celui qui n’a pas cessé de l’être.

Benyahia El-Houcine
Lundi 12 Juin 2017 - 19:00
Lu 155 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 14-12-2017.pdf
3.59 Mo - 13/12/2017





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+