REFLEXION

EDITO : Revoilà, le règne des C.E.P.E



Finalement, la montagne n’a pu qu’accoucher d’une souris, après  la fin de la ‘’fête‘’ électorale de plus d’une vingtaine de jours, dominée par une indifférence sans nom…. Les  urnes  n’ont pu que livrer  que des surprises si inattendues, qui ont laissé  tant  d’électeurs si  perplexes et   tristement frustrés de la défaite inattendue d’une élite, apte à gérer convenablement et ‘’honnêtement’’ les futures assemblées populaires communales  et de wilaya.  Ces dernières, presque ‘’magiques’’ ont choisi  de faire du C.E.P.E, le maitre absolu des lieux et des circonstances, selon  des chiffres  officiels communiqués par le ministère de l’Intérieur.  Le niveau d’instruction des nouveaux élus, qui siègeront aux prochaines APC et APW, prête énormément aux regrets, et place  malheureusement l’avenir des communes et des wilayas, entre les mains d’une catégorie de personnes, presque inaptes  à toute gestion. Selon  le ministre de l’Intérieur, 26%  des élus pour les APC  n’ont qu’un niveau primaire, soit le quart  de la corporation des  futurs maires et autres conseillers municipaux  qui seront appelés des collectivités locales, dont certaines disposent  de budgets colossaux nécessitant   absolument la présence de managers de haut niveau, et qui, par malheur, seront dirigés par ceux qui ont été choisis ! Quant aux APW, elles n’ont pu être mieux représentées, c’est encore 11%   de leurs  membres, ne disposant pas d’un niveau d’instruction assez élevé  et n’ayant pu aller au delà du cycle primaire, qui ont été encore  élu et finiront par y siéger, sans pouvoir  apporter un plus pour ces dernières.  Ainsi, les futures assemblées populaires communales et de wilaya, avec de tels effectifs, risquent fort de patauger davantage  dans la médiocrité qui les a, malheureusement ‘’caractérisées’’ et continue de le faire, et en  optant le plus souvent pour l’affairisme qui les ‘’distingue’’ de mandat en mandat. Encore une fois, les urnes n’ont pu choisir l’élite qui demeure si marginalisée par la faute d’un  choix judicieux des électeurs, et d’une ‘’exclusion’’ qui ne cesse  d’être décriée par  ses ‘’mal-aimés’’ , ces candidats qui n’ont pu être élus, d’être encore si incompris par une société qui préfère, pour le moment  ces autres, moins lettrés mais  si chanceux de pendre en charge ses affaires.

L.Ammar
Samedi 25 Novembre 2017 - 17:58
Lu 234 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma