REFLEXION

EDITO : Racines



‘’La déception ne vient jamais des autres, elle n'est que le reflet de nos erreurs de jugement.’’ Vincent Gury. Certes, le sevrage d'un monde accro au pétrole n'est pas pour demain, par contre, l’agriculture partout dans le monde est l’avenir de demain, du surlendemain, pourquoi pas du futur. Si pour certains, l’agriculture en Algérie est une nécessité absolue plus que vitale, elle fait sourire d’autres qui croient encore en l’avenir de l’or noir, ‘’pauvres rêveurs déçus’’. Même si les  hydrocarbures constituent le cœur et le sang de notre économie, il est sûr et certain que l’agriculture, tout en étant le fruit des lancements des secteurs de l’industrie de chaque pays,  pourrait mettre fin  à l’évolutionnisme économique qui la sacrifie au développement industriel, et également aux autres services. Chacun sait que la terre est une source de profits pour toutes les populations du monde sans distinction, que ce soit chez nous ou ailleurs, elle appartient, elle a appartenu et elle appartiendrait à ceux qui la travaillent. Aujourd’hui, demain…, les préoccupations des penseurs, décideurs et citoyens, leur priorité principale, c’est la lutte contre la crise économique et le retour aux racines. L’agriculture en elle-même, devrait ancrée leur souhait et espoir à tous, de la disposition d’une disponibilité permanente d’un capital plus sûr que cet or noir au coût cadencé et instable, qui ne  profiterait peut-être plus à personne qui sans doute est consciente de la réalité palpable de la crise qui sévit engendrant des troubles au sein des sociétés déjà fragilisées. Oui, une crise économique secondée par les crimes, les guerres, les catastrophes naturelles et autres dépassements que connaissent certaines parties vulnérables du globe. Si les vertus de l’agriculture venaient à se développer dans notre pays, elles seront sans aucun doute génitrices de  beaucoup plus d’évolutions qui pourraient dessiner si elles venaient à se fructifier, un avenir prometteur, créateur d’emplois et plus de revenus. Le plus bel exemple à suivre c’est cette fameuse fable de Jean de La Fontaine du ‘’Laboureur et ses enfants’’, ‘’Travaillez, prenez de la peine, c’est le fonds qui manque le moins…’’ où l’auteur cherche à nous expliquer et à nous faire prendre conscience que la richesse ne se trouve pas uniquement dans le pétrole ou dans toute autre matière épuisable à la longue, technologie oblige. Il veut nous transmettre tout simplement son plus merveilleux message qui est celui que ‘la richesse ne se résulte que par le fruit du travail.’’     

Benyahia Adda
Vendredi 29 Septembre 2017 - 18:52
Lu 276 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma