REFLEXION

EDITO : Pas de ‘’privatisation de Sonatrach’’



Fin 1995, Ahmed Ouyahia entamait son premier mandat de premier ministre, l’ajustement structurel battait son plein depuis déjà quelques années. On avait fermé les souks el fellah et vendu des entreprises locales. Le débat public tournait autours de la question de savoir s’il fallait ou non engager les réformes de structure et passer au stade d’une privatisation à plus grande échelle des entreprises publiques nationales. Nous sommes en fin décembre 2017, vingt-deux ans ont passé et on en est exactement au même point. On continue de se demander s’il faut privatiser les entreprises publiques. L’Algérie figure aujourd’hui parmi les 5 ou 6 derniers pays dans le monde où le secteur public occupe une position dominante dans une grande partie de l’industrie, le secteur financier ou encore les télécommunications. Cela aurait-il un rapport avec le fait que notre industrie (hors hydrocarbures) n’exporte presque rien ? Que nos services financiers ( banques, assurances et marchés financiers) sont sous développés et sous dimensionnés et nos télécoms très peu performantes ? Des privatisations partielles ou totales en Algérie, il y en a déjà eu. Elles ont connu des fortunes diverses. Certaines ont été un échec, comme celle qui a conduit au rachat récent par l’État du complexe sidérurgique d’El Hadjar dans lequel il a décidé de réinvestir près d’un milliard de dollars. D’autres ont eu plus de succès comme par exemple celle de l’ancien ENAD par le groupe allemand Henkel. Si on en juge par les déclarations récentes des responsables économiques ainsi que par les textes juridiques sectoriels, en préparation ou adoptés récemment, on peut déjà tenter de faire quelques pronostics sur l’orientation future du processus de privatisation dans notre pays. Probablement, il concernera les « grandes entreprises publiques » dont le gouvernement tente désormais en priorité de moderniser le management, en procédant au passage à des recapitalisations coûteuses comme le montrent les décisions récentes concernant le complexe d’El Hadjar ou la SNVI. Mais, concernera-t-il les entreprises réputées stratégiques?

Rachid M.
Lundi 5 Février 2018 - 18:19
Lu 166 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma