REFLEXION

EDITO : Marchands de rêves



Gare à l’histoire, ce n’est qu’un éternel recommencement !...  
A peine deux mois nous séparent  du grand évènement électif local,  et les citoyens algériens auront à choisir pour élire leurs nouveaux décideurs et représentants, issus de plusieurs partis et tendances , parmi lesquels, il y aurait probablement des marchands de rêves aux discours assez louangeurs et flatteurs qui comme à leur habitude et tour de passe-passe magique, bâtiront châteaux en Espagne et paradis terrestres, offrant ainsi aux électeurs et autres citoyens, un merveilleux voyage à travers un songe chimérique qui les mènerait vers un monde paradisiaque à découvrir leur bien aimée ville bien meilleure que toutes les autres plus belles cités du monde. Subjugués par le charme de la belle parole  et aveuglés par leur confiance envers les marchands de rêves, ils ronfleront avec quiétude à poings fermés. Peut-être qu’à leur réveil, auront-ils à vivre (les citoyens) les mêmes cauchemars vécus avec certains précédents marchands de rêve, qui quelques temps après avoir pris le pouvoir, la question locale serait  devenue une principale préoccupation. Hélas, après un réveil léthargique brusque, ces derniers qui dormaient  dans les bras de Morphée auraient écarquillé les yeux pour découvrir de travers tout ce qui les aurait entouré  jusqu’à s’émerveiller. Ces marchands de rêves en question qui sortaient de la même école de l’incompétence et de l’inexpérience qui auraient  pris le contrôle de certaines villes, auraient estimé que leur rêve aurait un très bel avenir dans le pays, transformant ainsi les anciennes célébrités de leurs communes, autrefois éclairées dans un ordre parfait, en une lointaine réminiscence dont la gloire aurait été ternie par le désordre et le changement. Ensuite, le rêve se serait transformé en cauchemar pour les malheureux électeurs et citoyens  hypnotisés par le verbe facile. Traumatisés, déroutés, déçus face aux spectacles cauchemardesques, les pauvres citoyens égarés auraient gardé les yeux grands ouverts, de peur de sombrer de nouveau dans le mauvais songe. Ils seraient restés très éveillés, pleurant à chaudes larmes leur douleur silencieuse devant la lente et progressive destruction de leur ville, auparavant très belle et accueillante, où naissaient bien sûr des difficultés grandissantes rencontrées. Alors, les habitants  se seraient rendus compte un peu tard  que l’originalité d’une merveilleuse beauté très adolescente de leur  ville, s’est vu enténébrée par une toxicité nuisible.

 

.B. Adda
Lundi 25 Septembre 2017 - 18:26
Lu 175 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 15-11-2018.pdf
3.06 Mo - 14/11/2018





Actualites et journaux Afrique





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+