REFLEXION

EDITO : Malade cherche prise en charge



Aller voir le médecin, le spécialiste, le professeur…, aller faire des analyses….,  par les temps qui courent devient un véritable cauchemar pour le malade vulnérable qui ne trouve pas dans certains cas, la contrepartie à la prise en charge de sa pathologie voulue, moyennant finance chez le privé. Là, est toute la question qui se pose quand l’être humain, se laisse aller et s’abandonne à lui-même, à défaut de produits médicaux nécessaires et autres équipements gratuits qui viennent à manquer dans certains cas dans des centres sanitaires. Mis, devant le fait accompli, le patient très particulièrement, chronique (cancer), n’a d’autres choix que d’aller voir le privé, pour trouver ce qu’il lui faut comme diagnostic à sa maladie. Alors, commence pour lui toute une autre aventure d’handicap, face à la cherté des prix, en matière de couts inabordables concernant des prestations et services, tels que, radiographies, analyses, cytologies, biopsies, IRM, scanners, et autres…, qu’il ne peut malheureusement marchander, vu leur prix qui ne peut en aucun cas être discuté. Pas de sous chez le privé, pas d’examens, pas de diagnostic, une situation forte déplaisante, dont il a honte d’en parler et trop de mal à expliquer. Plus les années passent et plus la vie devient chère où tout augmente et certains êtres humains sont devenus par la force du temps, insensibles aux douleurs et plaintes de ces malades marginalisés de la société précaire qui ne trouvent pas les moyens de lutter contre la maladie, vu l'absence de moyens financiers, hormis quelques âmes généreuses et bienfaitrices et quelques associations caritatives qui leur viennent en aide. Seulement, quand on est malade, on a besoin de soins et notre souci premier est la prise en charge médicale.  Pour tout le monde, de telles situations, laissent penser quel lien peut-il exister entre la notion de respect de ce malade, sa famille, son entourage qui doit être automatiquement liée avec leur dignité. Une dignité chère qui n’est autre qu’un attribut, et une qualité de la personne en elle-même. Pour le démuni et le ‘'sans le sou'', se soigner est un luxe qu'il ne peut se permettre, ce qui lui équivaut à une ‘'interdiction'' de tomber malade.

B. Adda
Dimanche 4 Février 2018 - 18:13
Lu 182 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 11-12-2018.pdf
2.83 Mo - 10/12/2018





Actualites et journaux Afrique





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+