REFLEXION

EDITO : Logement AADL et ‘’Adala’’



À ne plus savoir où donner de la tête quand le chez soi fait défaut pour être un locataire chez les autres au cout selon votre tête de client. Parfois, c’est le dépannage par des amis mais ça ne dure pas longtemps .Sinon la formule d’hébergement rapide qui s’impose, et le besoin donne droit au titre de «M’redeff chez la famille», comme il est dit dans notre jargon populaire.
C’est le parcours du combattant qui commence et la question qui se pose est quel est le programme pour cet Algérien moyen qui a un certain profil d’éducation, de culture d’une certaine profession. D’aventure en aventure et de bureau en bureau, et, finalement, c’est l’atterrissage forcé sur un programme dit «AADL » paraissant le plus apte pour un logement décent. Après de longue années d’attente, tantôt avec espoir et tantôt avec désespoir voilà que de bonnes nouvelles sont annoncées En attendant, le fils, premier né, est déjà grand et entre dans sa phase de puberté ; avec une certaine naïveté, le l’appellation contractée « AADL » a été très suggestive comme rappeler « el âdel » c’est à dite que la notion de justice est la marque de fabrique de ce fameux programme. Il a fallu être constamment aux aguets en se connectant sur le site web, officiel pour savoir les dernières nouvelles.  Les histoires de paiement se cachent derrière cette attente de se loger et c’est la liquidation de la 1ère  tranche puis, celle de la 2ème et enfin arriva la 3ème  tranche avec solde définitif.  A la va vite, le citoyen emménage dans un appartement neuf mais stupeur ! Des problèmes se font jour car en réalité il y a un manque au niveau des branchements, des problèmes dans l’évacuation des eaux usées, pas de routes carrossable une fois le gravier de couverture disparu, pas de structures sociales d’accompagnement et pas de transport. Et dire que le wali, qui a assisté à la cérémonie de distribution des titres est parti très content en déclarant à la presse que le programme de logement est suivi avec rigueur, dans la réalisation des objectifs, les délais, la transparence, la qualité et en toute justice. Ah si Monsieur le wali pouvait repasser et voir la réalité des choses ! Alors, programme : LPA, LPP, RPH ou AADL, où est la « âdala » dans tout ça, surtout, après les chutes de pluie qui viennent de tomber.

 

Younes Zahachi
Mardi 5 Décembre 2017 - 19:18
Lu 713 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 16-08-2018.pdf
2.96 Mo - 15/08/2018





Actualites et journaux Afrique





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+