REFLEXION

EDITO : ‘’ Les rescapés des temps maudits’’



‘’Les rescapés des temps maudits en Syrie, en Irak, en Afrique et autres pays et villes assiégées’’, ne sont autre que séries des plus dramatiques sans fin, inspirées de faits réels signée Satan, Machiavel et consorts. N’ayant rien de fiction, basées sur des drames humains quotidiens, elles décrivent le ‘’mal sauvage’’ sans limite dans tout son paroxysme. Ces épisodes meurtriers racontent les péripéties sanglantes de ‘’rescapés ’’ innocents issus de la société civile (femmes, enfants, nourrissons, vieillards, handicapés, etc..) à travers ces certaines parties du globe,  pris en otage dans l’engrenage des guerres nouvelles, et qui ne veulent surtout pas céder ni mourir. Leurs vies et celles de leurs familles se jouent essentiellement entre la vie au cours de leur évasion, et la mort, s’ils demeurent dans l’enfer des flammes et des agressivités barbares qui se multiplient de jour en jour, suscitant quelques condamnations timides de part et d’autre, et également  un minimum d’émotion sincère. Une façon de marquer une solidarité plutôt assez faible et précaire entravée par l’hypocrisie, la lâcheté, les mensonges et les trahisons. Dans toutes ces batailles fratricides, les survivants des’’ holocaustes’’ modernes se bousculent au sein de l’enfer rouge taché de sang, où génocides, crimes, viols, dépassements… transforment leur calvaire quotidien en une fuite effrénée à travers les dépouilles mortelles inertes éventrées à même le sol et les ruines, par des bombes des avions et autres engins mortels dont balles traçantes… tirés par les fous de la guerre, dont le sacrifice profitera plus tard aux lâches. Quand le faux calme revient, que la trêve est respectée, que  les canons se tuent, que les vrombissements des avions cessent pour un moment, quelques rescapés terrés osent s’émerger ‘’des débris cadavériques’’ sans sépulture ni deuil, pour fuir les charniers de l’horreur, marquant leurs esprits détraqués à tout jamais.  Dans leurs fuites déchainées, ces derniers (rescapés) voient maisons, immeubles, ghettos en flammes,…, s’effondrer tout en s’envolant en fumée, évaporant et détruisant tout ce qui restait de leurs jolies univers de rêve….

Benyahia Adda
Vendredi 23 Juin 2017 - 18:22
Lu 207 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 14-12-2017.pdf
3.59 Mo - 13/12/2017





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+