REFLEXION

EDITO : Le mal que le Président déplore encore



Le formalisme de la bureaucratie  a fini par  entraîner une lourdeur et une rigidité de l'action administrative, voire une monopolisation du pouvoir au profit des seuls intérêts des bureaucrates.  Ce handicap administratif qui mine, plus particulièrement  les mairies, a fini à son tour par devenir une véritable camisole qui enferme tout potentiel investisseur dans ses méandres. Il était urgent que des décisions énergiques soient prises pour annihiler ce fléau, et le rappel  du Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, sur ce sujet brulant et toujours d’actualité est venu à point, remettre les points sur les ‘’i’  sur  ce fléau qui sévit encore au sein des APC. Au même titre que la corruption, la bureaucratie demeure un poison qui envenime la société algérienne à tous les niveaux et endommage, directement et par ricochet, son économie à telle enseigne que tout effort de développement devient infructueux et relève de l’impossible. Hérité du système colonial, la bureaucratie fait obstacle à toute initiative économique et décourage manifestement les investisseurs algériens comme étrangers. De surcroît, elle constitue la source principale d’alimentation par excellence de la corruption. Force est de constater qu’elle porte également  atteinte à l’ordre public et va donc à l’encontre de l’intérêt supérieur de la nation. L’urgence commande que l’on se penche, sérieusement, sur cette question en menant une réflexion profonde sur la possibilité de mise en place d’un cadre juridique adéquat visant à purifier notre société de cette tumeur maline qu’est la bureaucratie. C’est pourquoi les élus locaux "sont appelés à s'affranchir de la bureaucratie et de la dépendance dans leurs rapports avec leur environnement et dans la gestion  de leurs services", comme l’a indiqué à cet effet, le Président Bouteflika dans un message, lu en son nom par le secrétaire général de la Présidence de la  République, M.Habba El-Okbi, à l'occasion de la rencontre d'orientation des présidents d'APC et d'APW. Le Président appelle les présidents des assemblées locales élues à "s'affranchir de la bureaucratie et à respecter leurs engagements. Le chef de l’Etat estime que de nouveaux défis se posent pour les collectivités locales, à savoir "la modernisation des structures communales, la consécration de la  décentralisation et la libération des initiatives économiques et du développement local,  ne peuvent se concrétiser qu’avec une lutte sans merci  contre ce mal qui les ronge. En ce sens, le Président Bouteflika exhorte les nouveaux élus, qu’il est temps  à  "prendre en charge les préoccupations des citoyens et à réaliser leurs aspirations" et en finir définitivement avec toute forme bureaucratique qui ne cesse d’entraver de telles doléances si légitimes.

L.Ammar
Vendredi 19 Janvier 2018 - 19:06
Lu 251 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 15-08-2018.pdf
3.1 Mo - 14/08/2018





Actualites et journaux Afrique





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+