REFLEXION

EDITO : Le choix et les leçons du passé !



Alors citoyens, vous allez sur la base d’un chant de sirènes qui nous fait rappeler le fameux « Carnaval Fe Eddechra » qu’à interprété l’artiste M. Ariouet dans l’ironie, le ridicule ? Nous sommes en 2017 et la population a augmenté, les besoins essentiels, de toutes sortes aussi, vous le savez. L’option qui reste c’est quoi ? Ne pas choisir les « perdants » et de miser sur cette nouvelle race de jeunes algériens qui ont décidé de rester au bled et de se battre pour le développement local. Ces jeunes en question se présenteront aux urnes avec un programme d’actions de redressement, d’assainissement et de développement pour la promotion de votre ville ou village. Ceci dit, les APC doivent se comporter en véritables « Entrepreneurs Publics » qui doivent attirer l’investissement productif et innover en matière de gestion, dans le cadre de la Loi. Les citoyens, quant à eux doivent savoir que l’élection au fauteuil de P/APC et plus stratégique que jamais car un mauvais choix serait très lourd de conséquences. « Est déclaré président de l’assemblée populaire communale, le candidat tête de liste ayant obtenu la majorité des voix. En cas d’égalité des voix, est déclaré président le (la) plus jeune des candidats » :c’est ce que prévoient le texte officiels. Certaines communes ont la chance d’avoir, des candidats connus pour avoir «du punch, des bagages, de la probité morale ».S’ils n’ont pas été, jusque-là, dans aucun parti donc non corrompus par la politique « des passéistes vieillots », les choisir serait logiquement un bon choix. Vous savez que c’est une erreur de vouloir « faire du neuf avec du vieux ». Quant aux anciennes pratiques : vous connaissez les résultats qu’ils ont donnés et dans quelles conditions des « militants » ont accédé au destin de leur communauté ainsi que le résultat catastrophique, en fin de mandat, de la gestion de leur commune. Demandez-leur un vrai « Bilan, moral, physique et financier ?...»
Désormais, la balle est dans le camp des citoyens et qui vivra, verra !

 

Younes Zahachi
Vendredi 6 Octobre 2017 - 18:37
Lu 250 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma