REFLEXION

EDITO : Le braille a sa journée



Aujourd’hui, c’est la journée mondiale du braille, une journée spéciale pour nos frères handicapés non-voyants du monde entier, ne les oublions pas en cette journée du 04 janvier qui est la leur. Aujourd’hui, nous est donnée l’occasion de penser à eux et surtout à leur handicap, puisqu’on est nombreux dans notre ville notre village, notre pays, notre monde à connaitre certaines personnes déficientes visuelles qui ne peuvent pas voir contrairement à nous. Nous savons tous que cet handicap de la vue a de multiples causes et conséquences, se répercutant sur leur vie sociale qui est affectée par cette cécité. Cette frange de la société a besoin de nous tous, pas seulement de qui de droit. Notre devoir à tous, c’est de lui venir en aide, sinon comment pouvons-nous être heureux quand certains de nos frères sont atteints de cécité, d’autres de cancer, de diabète…,.ou lorsqu’on n’a pas conscience de ce qu’est la souffrance d’autrui jusque à quelques pas de chez nous, dans notre région, notre ville, notre pays, notre monde pollué par toute sorte de maltraitance….. Plaidons ensembles la cause de ces non-voyants, comme nous l’avons fait pour tous les autres malades, dont la cause est défendue très souvent, ils nécessitent tout comme nous un maximum d’autonomie et d’indépendance par le biais de leur outil de savoir qui n’est autre que l’écriture ‘’braille’’ et la considération.  C’est pour eux, un moyen de se construire un avenir en envisageant plusieurs métiers adaptables à leur cécité, permettant de briser la barrière qui les sépare de nous. S’ils ne nous ont pas interpellés pour expliquer leur mal, c’est à de nous de la faire, de parler, de nous plaindre, de nous exprimer à leur place, en étant tout à fait conscients de leur existence, d’ailleurs comme tous les êtres humains de la terre que le Tout Puissant a créé. Notre ville est leur ville, notre pays est le leur…., tout leur appartient comme il nous appartient à nous, ils ont des droits autant que nous, alors donnons-leur leur part de développement qui ne se limite pas à grand-chose, seulement à les reconnaitre et à les aider. Notre monde doit être celui de la reconnaissance, celui de l’amabilité, de la bienfaisance et de la solidarité.      

Benyahia Adda
Mercredi 3 Janvier 2018 - 19:47
Lu 278 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma