REFLEXION

EDITO : Le CNAPESTE désormais hors la loi !



Le bras de fer continue bien que la justice a tranché en déclarant illégale la poursuite de la grève illimitée entamée par le Syndicat CNAPESTE. Ce dernier a pris connaissance de la sentence judiciaire et pourtant, à la dernière réunion, il s’était engagé, sur Procès-verbal, de poursuivre les cours dès l’entame de la deuxième décade du mois passé .Apparemment, il n’en est rien semble-t-il, puisque le CNAPESTE maintient sa grève et n’en démord pas devant la puissance publique de l’autorité judiciaire qui a tranché. C’est là où le bât blesse car, beaucoup se perdent à chercher à comprendre cette attitude qui consiste à renier, sans le dire, ce qui a été convenu le 10 Janvier dans le PV de conciliation sous le couvert de l’Administration locale et ce qui a été dit par la Justice. Madame la Ministre de l’Education nationale, Nouria Benghabrit, a certainement pris acte de cette situation pour le moins troublante où le Syndicat CNAPEST semble faire un pas en avant et un pas en arrière, pour ne pas dire faire du sur place. C’est probablement une des raisons qui pourrait motiver la visite de Madame Benghabrit à Tizi-Ouzou puisque le spectre d’une année blanche est en train de roder au seul préjudice des élèves. Maintenant qui a intérêt à semer la confusion et la panique dans un moment pareil où le pays est assailli de toutes parts ? Bien-sûr, l’Etat est encore debout en gardant toute la mesure du bon sens car une chose est certaine : c’est le choc frontal entre l’inquiétude des parents d’élèves et du Secteur de l’enseignement d’une part et, d’autre part, l’attitude du CNAPESTE. Celui-ci, semble « souffler le chaud et le froid » dans une action disproportionnée par rapport au fait déclencheur. Défendre un droit d’une personne en sacrifiant le droit de centaines de personnes c’est, quelque part, poser une équation insoluble.  Madame la Ministre irait sur place pour voir et essayer de comprendre pourquoi et comment qu’un syndicat puisse ne pas tenir compte d’une décision judiciaire et s’immiscer dans la gestion des personnels de la Direction de l’Education de Blida. S’ériger en juge, partie est sans doute un peu fort !

Zahachi Younes
Samedi 3 Février 2018 - 17:56
Lu 289 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma