REFLEXION

EDITO : La guerre, cette horreur !...










Ne dit-on pas de la guerre que c’est une simple continuation de la politique par d’autres mauvais moyens très douloureux issus de méthodes machiavéliques et purement criminelles. Même sans violence, elle reste pourtant une réalité assez palpable et très permanente. Quand il est question de guerre, il y a toujours des conséquences assez regrettables et horribles injustifiées, dont assassinats, mauvais traitements et autres tortures, dépassements, et pires cauchemars commis sur des êtres humains et populations civiles innocentes soifs de liberté sans défense, issus la plupart du temps de territoires occupés, très souvent colonisés. L’Algérie, le pays de toutes les convoitises, en est l’exemple type, il a  eu sa grande part de ‘’grande guerre d’Algérie’’ où l’horreur de l’holocauste français de l’époque coloniale ayant atteint son paroxysme, a blessé et endeuillé des milliers de familles d’Algériens, dont des descendants se battent encore à ce jour avec amour pour essayer de tourner la page difficilement sur toutes les séquelles assez profondes incrustées au plus profond de leurs âmes, mais qui ne feront malheureusement jamais faire oublier la grande guerre d’Algérie aux très nombreuses batailles victorieuses et très nombreuses pertes humaines, (côté Algérien). Pour les algériens, chaque commémoration, chaque anniversaire compte, il rappelle une date, il rappelle un évènement historique, il rappelle un fait, une victoire gagnée sur le colon français, il rappelle également l’autre côté noir de la guerre, qui n’est autre que des viols, meurtres, tortures, représailles et autres pires exactions commises sur des personnes sans défense, dont leur seul tort, c’était de recouvrir, leur pays, leur liberté, leur dignité et le droit sacré de vivre très longtemps, bafoué et volé par l’oppresseur et colonialiste français. Prisonniers de la France coloniale, ces Algériens étaient prêts à tout, à mourir, ils étaient prêts à se sacrifier pour retrouver leur indépendance. Pour que nul n’oublie, chaque événement fêté même en homme libre rappelle l’horreur et la répression vécue par les populations dans les pires atrocités commises par les forces lâches et impérialistes de l’occupation française au nom de la liberté, de la fraternité et de l’égalité trahies.

Benyahia Adda
Lundi 30 Octobre 2017 - 17:33
Lu 263 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 16-08-2018.pdf
2.96 Mo - 15/08/2018





Actualites et journaux Afrique





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+