REFLEXION

EDITO : L’unique loi du marché



La fin du socialisme d’un temps, semble sonner pour les entreprises locales, qui tournaient  grâce au soutien du trésor public et d’une restructuration  à autre. Désormais, elles doivent s’autofinancer et la seule voie en vue, reste  leur sauvetage par le recours à la privatisation dont elles ne peuvent en échapper. Le chef du gouvernement, M. Ahmed Ouyahia a annoncé  déjà  la fin de l’idéologie socialiste et  a déclaré  en ce sens, qu’il n’y aura plus de nouvelles entreprises publiques en Algérie, lors d’un meeting pour le compte des élections locales du 23 Novembre dernier. Cette ultime solution parait être l’unique solution, selon le secrétaire général du RND, qui a encore  a indiqué et en mettant point les points sur les ‘’i’’ : ‘’Je le répète aujourd’hui, l’idéologie socialiste est partie avec le mur de Berlin». Tout en  soulignant qu’«au RND, nous avons une seule idéologie, celle de construire l’Algérie, de l’épanouissement de l’Algérie et l’aisance sociale de l’Algérien, mais je pense que les Algériens sont conscients que l’Etat ne va plus construire d’usines publiques’’. Donc, les entreprises locales habituées à attendre le secours étatique, doivent bien  rechercher ce dernier ailleurs, pour se redresser et finir avec l’assistance publique. Le conseil des participations de l’Etat est consentant pour octroyer son feu vert à toute entreprise désireuse  d’ouvrir son capital à d’autres partenaires économiques , afin de subvenir à ses besoins et fuir la faillite qui la guette en ces temps de crise. L’entreprise doit, à présent, parvenir à son autonomie totale et ne plus attendre les réajustements d’un révolu. La manne pétrolière ne peut plus être consacrée à des entreprises attendant toujours des aides publiques. Désormais, elles  doivent, se mettre à l’heure de l’économie de marché, se mettre au diapason où malheureusement disparaitre. C’est la règle du jeu de la mondialisation, l’entreprise doit  répondre à certaines exigences et  être performante  pour survivre  à la rude concurrence, dictée par l’unique loi du marché.

L. Ammar
Samedi 23 Décembre 2017 - 18:28
Lu 199 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma