REFLEXION

EDITO : L'indispensable moralisation



Regarder ou écouter sur les plateaux de radio et de télévision, ou lors de rencontres, visites officielles…etc  certains, des soi-disant responsables, ministres, députés, dirigeants politiques font de brefs discours ou parlent .Ils sont dans strict « politiquement correct », juste pour éviter qu’on ne les taxe de parler avec la « langue de bois ». C’est une nouvelle stratégie de communication pour éviter de se faire taper sur les doigts et profiter le plus longtemps possible de son statut de cadre de l’Etat ou d’élu. Le pays connait des problèmes et quel pays n’en connait pas ? Notre problème vient de ceux qui sont chargé de les résoudre et deviennent eux-mêmes une partie du problème. Le pays se targue d’être un pays démocratique et alors, on vient à se demander où est le débat public qui doit se faire dans une pédagogie digne de ce nom. De plus, les partis politiques de la majorité comme de l’opposition donnent l’impression de ne savoir pas agir à l’égard du gouvernement et on n’arrive pas à distinguer qui est avec qui et réciproquement. Alors qu’en démocratie les choses sont claires, même si des nuances peuvent exister entre partisans et opposants, les choses ne le sont guère chez nous. A cause non seulement du tourisme partisan -puisqu’il est permis de changer de parti comme on change de veste- mais aussi de la transhumance entre opposition et majorité. Une moralisation de la vie publique est dès lors plus que nécessaire et elle devra commencer par une déontologie du débat public qui manque cruellement. Le nombre de Partis politiques est déjà un signe que nous ne sommes pas d’accord avec nous-mêmes et ça profite aux « profiteurs du système » nous ne nous sommes jamais préoccupés de l’éthique qui doit présider à leurs activités. Mais comment serai-il possible quand leurs dirigeants, ceux qui sont a niveau local, ne maitrisent pas eux-mêmes l’art de la communication entre eux, entre eux et leurs vis-à-vis des autres formations politiques et entre eux et le public qu’il soit formé de partisans ou de gens hostiles.

Younes Zahachi
Mercredi 25 Octobre 2017 - 18:18
Lu 225 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 16-08-2018.pdf
2.96 Mo - 15/08/2018





Actualites et journaux Afrique





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+