REFLEXION

EDITO : L'acteur et le Système



Les sanctions individuelles ne sont habituellement ni annoncées, ni à fortiori justifiées. On les apprend par la presse ou par le fameux "téléphone arabe". Enfin, la décision touche des responsables dont la participation à l’effort de l’Etat est, en théorie du moins, la conséquence d'une mauvaise évaluation des compétences. Le processus de décision donne également à réfléchir. En usant à répétition de l'expression "limogeage", les médias nationaux ont installé l'image, fondée ou pas, d'un gouvernement prompt à sévir contre des responsables dont la performance ne le satisfait pas. Cette fois, le gouvernement a ostensiblement pris son temps, voire beaucoup de temps, mettant ainsi à mal la fameuse "limogeage". Sur le fond, le geste gouvernemental est à double tranchant. D'une part, il constitue un signal fort à tous les responsables publics que l’Algérie est entrée dans l'ère de la reddition des comptes et que personne n'est à l'abri d'un examen de sa performance. Au lieu d'être un privilège, la responsabilité publique sera désormais un fardeau. D'autre part, en prenant tout aussi ostensiblement la décision, le gouvernement confirme qu'il est le "patron" et affaiblit les élus, censés représenter la légitimité démocratique, et qui ont déjà beaucoup de mal à exister. Sur le fond encore, il convient de souligner que punir quelques acteurs est relativement facile. Changer un système est autrement plus difficile, prend plus de temps et doit toucher l'ensemble de l'édifice de (mal) gouvernance. La sociologie des organisations nous a appris que les comportements des acteurs sont, en général, des adaptations rationnelles aux propriétés des systèmes dans lesquels ils agissent et interagissent. Michel Crozier et Ehrard Friedberg ont fait une exposition brillante de cette "loi" dans leur livre, devenu un grand classique, L'acteur et le Système. Il faut, par conséquent, espérer qu'on ne se contentera pas de faire quelques boucs émissaires et que les sanctions qui viennent de tomber sont le début d'une réforme en profondeur du système.

Rachid M.
Samedi 28 Octobre 2017 - 17:44
Lu 268 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma