REFLEXION

EDITO : L’Europe nous ‘’bluffe’’



L’Accord d’association avec l’Europe n’a pas eu d’effet significatif sur les exportations à destination de l’UE et, inversement, sur les importations en provenance de l’UE. Globalement, la part de l’UE dans les importations de l’Algérie a très légèrement diminuée entre 2003 et 2007.  Hors hydrocarbures, l’UE reste de loin le premier client de l’Algérie. La proximité géographique, mais probablement également l’AA qui est l’aboutissement de l’ancrage des relations de l’Algérie avec l’Europe, font de l’Europe un partenaire commercial incontournable pour l’Algérie. Les trois principaux fournisseurs et clients européens de l’Algérie sont : la France, l’Italie et l’Espagne. En ce qui concerne la mise en œuvre de la zone de libre -échange, les étapes de démantèlement tarifaire se déroulent conformément aux prévisions de l’Accord d’Association. Néanmoins, le démantèlement tarifaire n’a engendré ni détournement ou dérivation du flux des échanges, ni création supplémentaire de commerce. Cependant les consommateurs algériens n’ont pas encore bénéficié du démantèlement tarifaire, qui aurait du se traduire par une baisse des prix à la consommation. En effet, on n’observe pas de transmission de la baisse des tarifs douaniers aux prix des produits finaux, probablement en raison du comportement de marge des entreprises importatrices qui s’appuient sur un marché peu concurrentiel. L’Accord d’association n’a pas entraîné de modification de la dynamique macroéconomique de l’Algérie en termes d’échanges. Cependant, il a été relevé des coûts à court terme sur les recettes fiscales et douanières. Certains indicateurs révèlent que la politique économique recèle des marges de manœuvre pour permettre une transition vers une économie compétitive permettant  d’exploiter les avantages de l’Accord  d’association. Malgré un niveau inférieur des investissements des pays de l’UE en Algérie, par rapport aux pays hors UE, leur croissance rapide leur a permis de rattraper le retard observé en 2003. Une insuffisante ouverture des entreprises nationales à la concurrence internationale.

Rachid M.
Mardi 14 Mars 2017 - 18:34
Lu 161 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 26-03-2019.pdf
3.54 Mo - 25/03/2019





Actualites et journaux Afrique





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+