REFLEXION

EDITO : L’Euro et la planche à billets



 Finalement, le recours à la planches à billets, ne semble que favoriser davantage la flambée de l’euro qui connaît depuis une ‘’explosion’’ inédite sur le marché noir des devises. Il  vient de dépasser largement  la barre symbolique des 200 dinars et se négocie déjà à 250 dinars pour l’unique euro. Certes, la décision du gouvernement d’opter pour ce choix incontournable  pour  faire face aux dépenses publiques et relancer l’économie nationale, demeurait l’unique issue de secours, mais, elle a généré un bond ‘’historique’’ de la devise européenne, où  le square ‘’Port-Saïd’’ en plein centre d’Alger est devenu le véritable pouls économique du pays, et  une  place incontournable du marché parallèle des devises. Ce dernier  s’échange déjà  à 215  dinars à la vente et 230 à l’achat.  Ce seuil n’a jamais été atteint depuis le début de l’histoire de cette “bourse parallèle” très active au cœur de la capitale»,  Quant au  taux officiel , il est de 134, 282 dinars pour 1 euro, mais, les ‘’ commerçants de l’euro’’ ne tiennent plus compte de cette référence ,ils le font flamber de plus en plus, surtout à l’approche des fêtes de Noël dont beaucoup de citoyens préfèrent y participer, par plaisir . Pour le Premier ministre algérien, la planche à billets n’était plus évitable, et n’était plus un choix, mais une nécessité absolue pour le maintien du payement des salaires et pour éviter également l’éventualité d’un arrêt brutal  de l’économie nationale.  Le gouvernement  a été  obligé de retenir cette solution,  pour éviter de recourir à l’endettement extérieur. Toujours, selon le Premier ministre, les autorités auraient été alors contraintes d’emprunter 10 milliards de dollars par an en moyenne auprès des institutions financières internationales.  L’argent  de la planche à billets permettra de  renflouer  au minimum les caisses de 1000 entreprises publiques en situation difficile et la continuité du payement de salaires de milliers d’employés  et d’ouvriers. En parallèle, l’euro a fini par devenir, pour tant de citoyens, ‘’une valeur refuge’’. Son offre n’arrive plus à suivre les fortes demandes de change sur le marché parallèle. Depuis, il connait un grand rush des citoyens pour changer leurs dinars en monnaie européenne, à la recherche de cette ‘’ valeur refuge’’.  Cette folle ruée vers l’euro a provoqué une forte dévaluation que continuera à subir davantage le dinar algérien, sous l’effet négatif de la planche à billets Malheureusement, ce vent de panique risque davantage de créer une nouvelle envolée de la monnaie européenne face à un dinar si déprécié.

L.Ammar
Mercredi 29 Novembre 2017 - 17:41
Lu 813 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma