REFLEXION

EDITO : Kim Jong-Un n’est pas Saddam



 ‘’Ceux qui renoncent à la bombe atomique finissent comme Kadhafi ou Saddam Hussein’’, c’est par ces mots que le leader nord-coréen, Kim Jong-Un a justifié la course effrénée lancée par son pays pour posséder la dissuasion nucléaire.  D’après sa démonstration, les deux dirigeants seraient sûrement encore en vie si leurs pays avaient détenu la bombe atomique, qui est toujours considérée comme un pouvoir de dissuasion de dernier recours. Il y a un an, la BBC s’interrogeait sur ce sujet: les morts violentes de Kadhafi et de Saddam Hussein ont-elles poussé le leader nord-coréen à être intransigeant sur la question du nucléaire? Il semble bien que oui. ‘’Il parle souvent de Kadhafi et de Saddam Hussein. Il répète : voyez ce qui arrive à ceux qui renoncent à la bombe atomique’’, avait confié un journaliste à un quotidien asiatique. Il faut le dire, le leader “suprême” nord-coréen tient à l’arme nucléaire comme à la prunelle de ses yeux. Il ne compte pas s’en débarrasser parce que selon lui cette arme est nécessaire à sa survie. Et les dernières démonstrations de force des USA ne semblent pas l’intimider. Bien au contraire, d’après des révélations de la presse française, l’homme fort de la Corée du nord avait fait évacuer une grande partie de la capitale en prévision d’une attaque américaine. Il avait aussi promis de réaliser un nouvel essai nucléaire avec une bombe H pour la commémoration de la mort de son grand père. Une promesse retardée mais enfin réalisée, hier, à l’aube. Fils d’un dictateur mort au pouvoir, il a conservé les mêmes rhétoriques anti-américaines que son père, et avant lui son grand-père ont toujours porté dans leurs discours. Celui qui a entretenu des relations très houleuses avec le président Barack Obama est en passe de battre ce record avec le nouveau président américain Donald Trump. Le monde retient son souffle au fur et à mesure que les navires et sous-marins américains s’approchent de la péninsule coréenne. Kim Jong-un est considéré comme l’un des dirigeants les plus imprévisibles et de ce fait les plus dangereux du monde.

 

Rachid M.
Dimanche 3 Septembre 2017 - 18:16
Lu 413 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 15-11-2018.pdf
3.06 Mo - 14/11/2018





Actualites et journaux Afrique





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+