REFLEXION

EDITO : Fini le militantisme, place à la ‘’Chkara’’



Amar Ghoul était en France, ce weekend. Le patron incontesté du parti TAJ veut que tout le monde sache qu’il préside un vrai parti politique avec des structures partout dans le pays et à l’étranger. Pour cela, Ghoul peut compter sur le pouvoir de l’argent, un atout qu’il dispose et que presque tous les partis politiques lui disputent. On nous dit que le parti de Ghoul est le parti des entrepreneurs qui sont ses véritables fondateurs et bailleurs de fonds. Ils se sont bousculés chez Ghoul quand ce dernier était Ministre des travaux publics  pour l’assurer de leur soutien quand le Ministre a manifesté son intention de créer son propre parti politique. Contrairement aux partis nouvellement créés, TAJ n’a eu aucun problème d’argent. De la ‘’Chkara’’ l’argent coulait à flot ; en quelques jours des bureaux ont été ouverts partout en Algérie. À sa création, les acteurs de la scène politique  se sont rappelés du RND, le parti ‘’né avec ses moustaches’’ en 1997, qui,  2 mois après a raflé l’APN puis presque toutes les assemblées populaires du pays. À l’époque, les fondateurs du RND avaient le soutien du pouvoir politique qui a mobilisé tous ‘’Sehab Chekara’’ pour le renforcer financièrement. 20 ans après, la ‘’Chkara’’ n’a pas disparu, au contraire elle s’est renforcée au fil du temps pour se tailler une place visible dans le paysage politique. Fini le militantisme, place à la ‘’Chkara’’. Celui qui veut être élu à n’importe quelle assemblée populaire, doit impérativement avoir les fonds qu’il faut. Pas besoin d’ancienneté dans le parti, avec l’argent on peut s’acheter 10 ans de militantisme et tant pis pour les naïfs vrais militants. L’argent prévalut en politique et continuera toujours. On peut s’acheter une place avancée sur une liste électorale d’un grand parti ou carrément le ‘’sigle’’ d’un petit parti. On peut dire, maintenant, vraiment adieu au militantisme qui nous a fait tant rêver, des années durant, de la société idéale où l’individu est plus important que la richesse. Que reste-t-il de l’individu et de son intelligence, encore ?     

Rachid M.
Lundi 13 Février 2017 - 20:12
Lu 315 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 15-11-2018.pdf
3.06 Mo - 14/11/2018





Actualites et journaux Afrique





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+