REFLEXION

EDITO : Encore une histoire de moutons !



Face a la dégringolade jamais connue depuis l’indépendance, d’un pouvoir d’achat et  de la dépréciation d’un dinar, qui se mesure déjà  au mètre carré par certains qui l’amassent par kilogramme, les moutons ont fini par venir encore  au secours de deux larges  catégories de la société, mais si différemment. Pour la plus nombreuse, celle qui  a fini par perdre le sommeil, à force de calculer pour joindre les deux bouts d’un long mois  si difficile, a clôturé  en beauté. Ne parvenant plus a dormir, cette dernière se contente de compter les moutons, d’une nuit à l’autre à la quête d’un somme qui la fuit .N’ayant pu être ni le berger  de ces bêtes domestiques en échange d’un salaire les soulageant de les agencer pour dormir, ni être de ces maquignons qui les refilent d’un Aïd El-Kebir à l’autre , a prix d’or, cette classe ne semble point cesser de les calculer encore et toujours, mais juste a les voir défiler virtuellement .Ces béliers  là, paraissent rester l’unique activité nocturne de cette gent, condamnée a les énumérer du coucher du soleil à son lever, suite à l’inefficacité de somnifères qu’elle a fini par ne plus avaler, en recherchant une sieste qui l’a déserté  depuis que l’ail se cède a 2000 dinars le kilogramme. Par contre, pour la seconde, une autre caste moins nombreuse et si aisée, elle ne dénombre point les agnelets au cours de la nuit, ne s’inquiété guère du cout de la vie et  de ses fluctuations, elle mène une si douce existence à les rôtir de jour en jour. De ces pauvres moutons, elle en fait  du méchoui au quotidien, tout en ignorant les chimères du malheureux dinar. Née sous de bonnes étoiles, cette race là ne sait presque rien  du prix des produits qu’elle déguste sans facturer le moindre centime, et  surtout  de ses agneaux qu’elle rôtisse le long de l’année, sans se fatiguer. Ainsi  et depuis des décennies déjà, le triste sort de cette monnaie nationale  en chute libre parait suivre son cours, et que l’euro malmène au fil des jours. Il en est  de même pour ces moutons là, dont les uns ne font qu’additionner  en recherchant  désespérément juste à fermer l’œil  pour tout un petit moment de répit, mais que d’autres ne chiffrent pas pour assez de raisons  et ne  font juste que les cuire  au four  par dizaine  pour le plaisir  d’une vie de festins en permanence. Telle est l’histoire éternelle  de cette espèce  ovine qui ne peut échapper a son destin tragique et que malheureusement se perpétue à travers les âges. Par malheur, nos moutons  demeurent  appelés  a meubler en chiffres les nuits de beaucoup de nous,  et juste  combler quotidiennement les rôtissoires de si peu de nous, pour tant d’autres raisons.

L.Ammar
Dimanche 17 Décembre 2017 - 18:45
Lu 268 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma