REFLEXION

EDITO : Aisance financière : La récré est finie !



L’Algérie, ce magnifique pays, avec ses 40 millions d’âmes coincés juste à son Nord et son  vaste Sud, dépeuplé au trois quart, comptant énormément sur la rente pétrolière, s’est retrouvé en fin de compte, à la  croisée des chemins, après 55 années d’indépendance . Devant choisir une nouvelle voie pour poursuivre son développement, face à la crise financière qui la secoue, Ouyahia, ce haut cadre de la nation, est revenu encore à son secours et s’est engagé à élaborer un plan d’action, qui ne semble point plaire à certains. Dans son discours face aux parlementaires qui ont adopté son programme avec tant d’ovations, le chef du gouvernement a souligné, en plus des actions à entreprendre que le seul moyen de redresser également la barre reste l’implication de tous les citoyens qui doivent se mobiliser et participer à la réussite de son programme, tout en retroussant les manches et se mettre au travail sans trop attendre. En un mot, la recréation semble terminée et il est temps de reprendre le chemin du travail, l’Etat ne peut faire éternellement de l’assistanat et continue à l’entretenir. Le manque du nerf de la guerre parait se poser avec tant d’acuité, la problématique du financement reste entière et s’épaissit au regard du manque de liquidités enregistré suite à la baisse des recettes d’exportations et par conséquent des recettes fiscales pétrolières depuis l’année 2015. La dernière mesure de la Banque d’Algérie de réduire le plafond de la réserve obligatoire de 50%, informe déjà sur l’incapacité des banques de s’acquitter de cette obligation. Ouyahia, en patriote sincère, ne tient plus à chercher ce financement à l’étranger. Fervent opposant de l’alternative de l’endettement extérieur, Ouyahia ne consentira point  à commettre une seconde fois cette erreur, car elle n’engagera le pays que vers l’inconnu et les stigmates de la première expérience sont encore là pour rappeler la restructuration de l’économie dans la douleur. La solution de nos maux économiques, selon Ouyahia, ne peut être qu’algérienne, avec des mesures à notre portée et avec le consentement de tous !

L.Ammar
Samedi 23 Septembre 2017 - 18:21
Lu 473 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 18-11-2018.pdf
2.75 Mo - 17/11/2018





Actualites et journaux Afrique





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+