REFLEXION

EDITO : A la prochaine ‘’fête’’ !



Tout compte fait et après tant d’échos  les pointant du doigt, les résultats du scrutin du 23 Novembre dernier, tendent déjà vers  leur validation, malgré les multiples recours des partis dénonçant  certains dépassements. Ils risquent fort  de ne point trop changer, et semblent répondre déjà à une vieille maxime de chez nous, celle ‘’de la vache qui a été bien couplée, et le taureau  qui a été déjà ramené à son étable ‘’. Ainsi, les mécontents, comme les absents, ont toujours tort  et n’ont qu’à attendre la prochaine mascarade, dans 05 petites années qui ne seront pas aussi longues. Certes, la fraude supposée régner en maitresse dans les urnes, et  les procès-verbaux ‘’magiques’’, supposés également ne pas refléter la véracité des chiffres, ne sont que des fabulations de certains contestataires, qui rejettent en bloc le choix du peuple, selon les déclarations de certains chefs de partis, si heureux de rafler la mise, et si émus de la confiance des bonnes gens qui ne peuvent et ne savent point  les trahir depuis tant de temps. Quant aux protestataires qui n’ont pu  être élus, ils ont le droit de produire tous les recours possibles, apporter toutes les preuves nécessaires pour  justifier les bavures commises, projeter toutes les vidéos filmées  lors du déroulement du vote et crier haut et fort  à qui veut l’entendre, que  la transparence  du jeu électoral  a été absente et que l’opacité  était fort présente. Malheureusement, cette guéguerre intestine pour le partage des futurs strapontins  des APC  et des APW, parait de visu, n’être qu’une perte de temps  pour les protagonistes,  surtout pour les gagnants qui n’ont que faire d’elle et se voient déjà siéger au sein  des mairies et des prefectures, mais qui reste si utile et énormément précieuse  pour le reste des adversaires, qui croient encore et toujours à la démocratie, à ses valeurs, et surtout à l’Etat de droit et ses principes. Ces malheureux derniers  attestent à l’unanimité , que  le scrutin n’a été encore qu’une autre mascarade électorale où  tous les interdits étaient  possibles et l’impensable  se pensait  et se permettait  de se réaliser, malgré son bannissement  par les lois  de la République, qui n’est point  à plaindre, mais que des citoyens  ne font que transgresser d’une occasion à l’autre.

L.Ammar
Dimanche 26 Novembre 2017 - 17:53
Lu 201 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 17-11-2018.pdf
3.04 Mo - 16/11/2018





Actualites et journaux Afrique





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+