REFLEXION

DESERTIFICATION : 16 millions d’hectares menacés

A l’instar d’autres pays, l’Algérie a célébré le 17 Juin, la journée mondiale de lutte contre la désertification et la sécheresse, date de la signature, en 1994 à Paris, de la Convention des nations unies relative à ce phénomène. Cette dernière devient de plus en plus pesante pour le pays et ne cible point l’avancée du sable vers le Nord ou la transformation de terres en désert. Elle semble également se produire du fait de «l’extrême vulnérabilité des écosystèmes des zones sèches à la surexploitation et à l’utilisation inappropriée des terres», selon des experts



L’Algérie est en effet frappée de plein fouet par ce fléau aux conséquences désastreuses sur la vie. Les érosions, hydrique et éolienne, travaillent insidieusement au fil des ans à appauvrir les sols par charriage des éléments minéraux de la terre. Le phénomène de la désertification transforme ainsi les terres fertiles et arables en véritables déserts totalement stériles livrant leurs habitants à la malnutrition et, dans un stade plus avancé, à la famine. La désertification des bassins versants non protégés par le manteau végétal au niveau des barrages amputent chaque année ces derniers d’une grande capacité de stockage par envasement. La durée de vie de ces infrastructures vitales et dont la construction est chèrement payée, se trouve ainsi prématurément limitée.  Les spécialistes avancent que 25%¨des terres de la planète sont menacées par la désertification sous les effets combinés de l’avancée du désert, la sécheresse et les activités de l’homme peu respectueuses de l’environnement.  En Algérie, les terres les plus fertiles ayant tendance à s’appauvrir, la menace est partout. Il y a d’abord les zones de montagne (4% du territoire), confrontées au problème de l’érosion hydrique et à une surexploitation des ressources naturelles. Ensuite, la steppe et le présaharien, zones arides et semi-arides très sensibles aux processus de désertification à cause notamment d’un pâturage excessif. Enfin, l’espace saharien (87% du territoire) est dominé par des  cordons dunaires vastes et mobiles où les infrastructures socio-économiques sont constamment soumises à un ensablement important. Il en est de même pour les nombreuses oasis menacées de disparition.  En conclusion, la carte de sensibilité à la désertification réalisée en 1996 et actualisée en 2010 a démontré que plus de 16 millions d’hectares sont sensibles à la désertification.

Ismain
Lundi 18 Juin 2018 - 18:05
Lu 199 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 19-12-2018.pdf
2.77 Mo - 18/12/2018





Actualites et journaux Afrique





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+