REFLEXION

DES ECOLES PARALYSEES : Les enseignants du primaire reprennent la grève

Des écoles ont été paralysées de nouveau ce mercredi 08 janvier. Déterminées à aller jusqu’au bout de leurs revendications socioprofessionnelles, les enseignants ont organisé une nouvelle grève nationale, rapporte Ennahar TV.



La grève est ponctuée par un rassemblement devant le siège du ministère de l’Éducation nationale à  Ruisseau (Alger), ainsi que devant  les directions de l’éducation nationale. Les enseignants du primaire ne comptent pas baisser les bras. Ils ne comptent pas « lâcher du lest jusqu’à l’obtention de leurs  droits socioprofessionnels », témoignent les grévistes. Ils décident de  » continuer leur chemin de protestation » jusqu’à la satisfaction totale de leurs revendications,  réclamant, entres autres,  l’exercice du droit  syndical, loin « des  menaces des  ponctions sur les  salaires  des enseignants grévistes ». Pour rappel,  un  projet de la réforme de l’école décidé par le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune repose sur plusieurs points proposés par les syndicats de l’Education nationale. L’allégement des programmes scolaires pour le primaire, est l’un des points les plus importants dans la réforme du système éducatif. Meziane Meriane, coordinateur du Snapest  propose, le projet « urgent », de « l’allégement du cartable ». « Il faut supprimer certaines matières au primaire pour dégager des horaires pour les activités sportives et culturelles sans pour autant toucher au volume horaire ». Pour le cycle moyen, M. Meriane propose la révision des coefficients des matières essentielles notamment pour les élèves de la quatrième année. Boualem Amoura, porte-parole du Satef, partage le même  avis que le coordinateur du Snapest. Il propose également la révision du volume horaire de chaque matière ainsi que des coefficients, à l’origine du problème de profil des élèves des filières scientifiques. M. Amoura suggère également de revenir à l’ancien système des six années dans le cycle primaire. « L’objectif du cycle primaire, c’est d’apprendre à l’élève de lire, écrire et compter, pourquoi lui faire subir autant de matières ? », s’interroge M. Amoura. La réforme du baccalauréat déjà lancé et ficelé par le Ministère de l’éducation, est aussi l’un des points « urgents » que proposent les syndicalistes.

Ismain
Mercredi 8 Janvier 2020 - 15:51
Lu 355 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 21-01-2020.pdf
4.08 Mo - 20/01/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+