REFLEXION

DES AUTORISATIONS DE FORAGE DE PUITS QUI TRAINENT : Le manque d’eau inquiète les fellahs à Mostaganem



Certains agriculteurs à travers plusieurs régions rurales de la wilaya de Mostaganem se plaignent de la bureaucratie et ce, pour l’obtention des autorisations de  forage  des puits qui attendent toujours  la signature des services de la wilaya et ce, après qu’elles aient été accordées et avisées par la direction des ressources en eau. Ces agriculteurs résidents dans les localités de Sirat,  Bouguirat , Stidia, Mesra , Ain Tedles et Sidi Lakhdar attendent seulement la signature qui traine depuis 7 mois déjà , alors qu’ils sont dans le besoin immédiat, afin d’irriguer leurs cultures notamment, les agrumes qui nécessitent beaucoup d'eau , à la lumière des grandes chaleurs , les laissant dans une situation inextricable. Les dossiers des concernés ont été acceptés après la sortie sur le terrain de la commission mixte, composée des services des directions de l’agriculture, Pèche et ressources halieutiques et ceux de  l'environnement. D’autres agriculteurs se plaignent de la longue durée et attente pour donner suite à leurs doléances concernant l’obtention des autorisations dont les  dossiers de demande de licences de forage sont toujours en attente  en raison de la décision du gel du travail de la commission ainsi, les sorties  sur le terrain face à  ces demandes de forage. Les agriculteurs ont fait remarquer qu'il ya des quantités importantes d'eaux souterraines et il est naturel qu’elles soient exploitées pour l’irrigation des terres agricoles, en ajoutant qu’ils ont frappé à toutes les portes afin d'obtenir une autorisation qui leur permet l'exploration des eaux souterraines, mais tous leurs efforts ont échoué. Face à cette situation certains agriculteurs sont contraints à prendre l'initiative et procéder au forage des puits illégalement, mais ces opérations illégales sont souvent avortées par les services de la police ou de la gendarmerie nationale, où beaucoup d'entre eux, leurs matériels de forage ont été confisqués, estimés approximativement à 100 millions de centimes. Tandis que d’autres agriculteurs ont déclaré qu'ils sont obligés d'acheter des citernes d’eau destinées à l'irrigation à des prix de 20 millions de centimes.                    

Gana Yacine
Samedi 22 Août 2020 - 16:36
Lu 412 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 23-09-2020.pdf
3.28 Mo - 22/09/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+