REFLEXION

DEMANDE DE VISAS : TLS Contact, le labyrinthe de toutes les humiliations

Aujourd’hui, obtenir un visa pour voir l’Europe, demeure un parcours des plus humiliants auprès de ces prestataires, chargés du traitement des dossiers. Les mesures imposées restent un calvaire si pénible pour les demandeurs si choqués de les subir, sans trop de réclamations.



Pas le moindre préau pour s’abriter, ni un coin pour se garer
A  six heures du matin, un monde fou de demandeurs est déjà là à attendre  en face des bureaux de TLS Contact d’Oran ,un centre prestataire de service utilisé comme sous-traitant pour gérer les demandes de visa pour le compte des ambassades de plusieurs États, dont la France, le Royaume-Uni et l’Italie. Cet organisme est une branche de Teleperformance, une société française devenue en quelques années le leader mondial dans le domaine de l'acquisition clients, des services de relations clients, de l'assistance technique, du recouvrement de créances et des médias sociaux.  La galère des demandeurs débute aux alentours du centre où se garer relève déjà de l’impossible, tous les trottoirs sont occupés. Des jeunes les gèrent et exigent  200 dinars  pour le stationnement. Les deux couloirs, bardés par des grilles,  l’un pour les femmes et le second pour les hommes, débordent déjà. Munis de leurs dossiers de visa, les solliciteurs attendent leur tour de passage, livrés  à une chute de pluie qui s’annonce. Une dame tente de se cacher la tête avec son sac à main, et lance à sa voisine :’’Avec tout l’argent ramassé, ce centre ne peut-il nous aménager des préaux pour se protéger contre la pluie ? ’’

Une fouille systématique, digne de la Gestapo !
Des agents de sécurité  s’activent  à l’entrée, et demandent  les rendez-vous aux personnes  qui les présentent. Ils les font entrer par dizaines dans l’enceinte du centre, un second  contrôle est déjà là, d’autres gardiens  du temple sont là, deux pour fouiller les hommes et deux dames pour  les femmes. Une fouille minutieuse  est effectuée, rien n’y échappe, les sacs à main, les poches. De drôles de mesures sont imposées, rien n’est admis à l’intérieur des bureaux, les  téléphones portables  et les briquets ne peuvent y accéder sous peine de se faire annuler le rendez-vous pris. Beaucoup de personnes ont été sommés de les déposer au dehors. Heureusement, un jeune disposant d’une table, les prend en consigne contre une somme d’argent allant de 300 à 500 dinars. Le manège se poursuit encore par la présence de deux autres couloirs, également gardés  d’autres surveillants qui régulent l’entrée. Les quémandeurs de visas sont encore confrontés à présenter à tour de rôle, leurs dossiers à des guichetières qui  contrôlent les passeports et les photos. Malheureusement, beaucoup de vieilles femmes et de jeunes filles, photographiées en ‘’khimar’’ sont contraintes de se faire photographier de nouveau, sur place pour la forte somme de 500 dinars !

Un hangar glacial pour le traitement des dossiers
Le calvaire continue par l’admission au sein  d’un hangar où les demandeurs sont parqués à une longue attente. Appelés à tour de rôle, ils passent devant d’autres réceptionnistes où leurs dossiers sont épluchés, document par document. Malheureusement, le lieu ne semble point se prêter, de par le froid glacial du coin, et les longues heures d’attente. Après le contrôle des dossiers, le postulant au visa est orienté encore vers un autre couloir barricadé, pour s’acquitter des frais du traitement  de son dossier, en versant  un montant  de près de 13.000 dinars, qui demeure si exagéré et non remboursable en cas de rejet. A  la fin de ce parcours ‘’inhumain’’, le demandeur doit encore attendre dans un lieu  si exigu, réservé au service  de biométrie. Reçu dans un box, le demandeur est obligé de se faire encore photographier et  d’effectuer un relevé de ses empreintes digitales, comme si le passeport qui lui a été délivré par l’état algérien n’est pas suffisant à titre de document officiel. En dernier, le  quêteur du visa est enfin libéré, mais ne peut nullement revenir sur ses pays, il est encore appelé à quitter les lieux par un couloir fermé par un drôle de tourniquet, pour  finir dehors sans le moindre merci pour le supplice enduré !

Pour un peu plus d’humanisme et de transparence
Aujourd’hui, beaucoup d’Algériens se plaignent de cette forme d’humiliation ‘’inavouée’’ sous le prétexte de mesures sécuritaires si forcées  et sollicitent l’intervention  des instances concernées. N’est-il pas temps  de revoir  ces mesures  et les alléger davantage, afin  de libérer les citoyens d’un si lourd fardeau. Comment expliquer à de vieilles dames et autres personnes  si âgées de telles pratiques au nom de la sécurité ? Certains ne parviennent plus à se tenir debout pendant de longues heures à transiter par ces multiples couloirs, d’autres souffrent de tant de maladies, et nécessitent des mesures prioritaires.  Quant à ceux qui essuient encore des refus étonnants en dépit de la solidité de leurs dossiers, ils ne  cessent de se poser sur quelle base leurs dossiers sont toujours rejetés d’une demande à l’autre. En particulier, la catégorie des jeunes, qui parait être la plus ciblée par les rejets sans trop d’explication. Face à cette situation si ambigüe, beaucoup de jeunes sollicitent de plus amples informations sur le refus d’octroi de visas, en exigeant un peu plus de transparence, et moins d’opacité. Le prestataire ne pourra que gagner  des points positifs pour consolider davantage sa réputation  et faire taire toutes les mauvaises langues.    

Un climat, décrié par les demandeurs de visas       
En conclusion, le climat régnant au sein du centre, ne semble faire que des mécontents, à voir la mine des demandeurs de visas, si effacée par le trop d’attente, et l’accueil soumis à de  pénibles mesures sécuritaires, décriées par tous. Beaucoup de personnes rencontrées sur les lieux, espèrent  une meilleure prise en charge, avec moins de frustrations. Certains  déplorent  les mesures de sécurité, jugées trop  rigides et  le rejet excessif des dossiers qui ne présentent point d’anomalie. Il est temps d’alléger certaines conditions, car, comme l’a bien résumé un vieillard, ayant déposé un dossier de visa pour partir en France, voir sa petite fille, ‘’la sécurité est présente partout et il n’y plus de feu à craindre ‘’.

 

Ismain
Mercredi 21 Mars 2018 - 19:09
Lu 3500 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 17-11-2018.pdf
3.04 Mo - 16/11/2018





Actualites et journaux Afrique





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+