REFLEXION

DECRET TRUMP : La Maison Blanche assiégée par des manifestants

Manifestations, condamnations politiques, pressions internationales : Donald Trump se retrouve sur la défensive pour sa deuxième semaine à la Maison Blanche, Après un week-end de confusion et de controverse, des centaines de manifestants protestent devant la maison blanche contre le décret Trump et contestent la décision de fermer les frontières à tous les réfugiés ainsi qu'aux ressortissants de sept pays musulmans.



Les abords de la Maison Blanche résonnaient dimanche des slogans scandés par plusieurs milliers de manifestants en soutien aux musulmans empêchés d'entrer sur le territoire américain par le décret migratoire de Donald Trump. "L'amour pas la peur. C'est ce qui donne à l'Amérique sa grandeur", reprenait en chœur une foule compacte tenue à bonne distance de la résidence présidentielle par de hauts grillages clôturant Pennsylvania Avenue. "Ce décret est vraiment contre nos principes fondateurs et ce que dit la Constitution", explique Jeff Lockwood, un père de famille de 44 ans, entouré de nombreuses pancartes sur lesquelles on pouvait lire "Les immigrés sont l'Amérique" ou "Laissez-les entrer!" et de quelques bonnets roses, les 'pussy hats' symboles de ralliement des opposants au président pendant la 'Marche des femmes" qui avait rassemblé un demi-million de personnes à Washington la semaine dernière. "Il dit que ce n'est pas anti musulman, mais c'est bien anti musulman, surtout quand il dit qu'il va prendre soin des chrétiens" dans les pays arabes, s'indigne Khadija Shakour, une musulmane américaine, tête voilée venue avec une pancarte sur laquelle était écrit "Non à l'exclusion religieuse".  De nombreux manifestants arboraient également des reproductions de la statue de la liberté et des drapeaux américains, convaincus que le décret est à l'encontre de sept pays musulmans (Syrie, Libye, Iran, Irak, Soudan, Yémen et Somalie) et la suspension de l'accueil des réfugiés bafouent les valeurs américaines.  "Ma famille juive est solidaire des réfugiés musulmans" a inscrit Tall Zlotnitsky, 43 ans, sur une pancarte tenue par sa femme et son fils. "Je suis arrivé sans papiers aux Etats-Unis à l'âge de 12 ans et je suis resté. "Pas un seul Américain depuis 1975 n'a été tué par un ressortissant de l'un de ces (sept) pays", assure un entrepreneur d'origine israélienne.

Riad
Lundi 30 Janvier 2017 - 20:01
Lu 157 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 21-03-2019.pdf
3.17 Mo - 20/03/2019





Actualites et journaux Afrique





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+