REFLEXION

DEBRAYAGE DANS LE CYCLE PRIMAIRE : Les enseignants menacent de boycotter les examens

La coordination nationale des enseignants du primaire sous accréditation a menacé de boycotter les examens du deuxième semestre et de poursuivre la grève si leurs demandes n’étaient pas satisfaites.



La coordination a levé par l’un de ses membres, Moussa Slimani, le plafond des menaces, après la marche nationale organisée par la coordination lundi à Alger. Moussa Slimani a déclaré dans un communiqué téléphonique avec Al-Bilad Net que la coordination na pas d’autre solution que de boycotter la surveillance de l’examen du BEM et du BAC et surveiller uniquement l’examen du certificat primaire « cinquième ». Le même porte-parole a déclaré que le ministère de l’Éducation n’avait pas encore répondu à la demande du comité de coordination concernant la tenue d’une réunion avec le ministre pour présenter le problème des enseignants du primaire et présenter leurs demandes, soulignant que la tutelle ne répondait pas à leurs demandes. En effet,  les enseignants du  primaire ont renoué, ce lundi, avec le débrayage à l’appel du collectif des enseignants. Même l’engagement pris par M. Ouadjaout, de résoudre tous les problèmes dont souffre le palier du primaire, n’a visiblement pas tempéré la colère des enseignants grévistes qui reviennent à la charge en annonçant le renouement à la grève. Face à cette situation, plusieurs parents d'élèves passent cette période sur les nerfs d'autant que ce genre de perturbations compliquent davantage leurs quotidiens, notamment les travailleurs. D'autres parents ont opté pour des cours particuliers afin de permettre à leurs enfants de rattraper les cours perdus. Pour rappel,  le président de l'Association nationale des parents d'élèves (ANPE), Khaled Ahmed a estimé que "la grève est un droit constitutionnel, mais ceci ne doit pas se faire au détriment de l'élève", appelant les enseignants grévistes à "faire preuve de sagesse et de clairvoyance, et à placer l'intérêt de l'élève au-dessus de toute autre considération". L'association a également appelé le nouveau ministre de l'Education, Mohamed Ouadjaout à la nécessité d'"ouvrir les canaux du dialogue avec les enseignants grévistes, dans l'intérêt de nos enfants".

Ismain
Mardi 18 Février 2020 - 16:47
Lu 343 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | Moul Firma






Edition du 09-04-2020.pdf
4.71 Mo - 08/04/2020





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+